Le Péloponnèse suite – 🇬🇷

Le Péloponnèse suite – 🇬🇷

Du 19 au 28 mars 2021

Nous vous avions laissé au Cap Tenaro, petite pépite du Magne.

Nous remontons tranquillement par le littoral côté est. La météo n’est pas en notre faveur, le vent étant particulièrement présent. Nous pensons avoir réussi à trouver un bivouac à l’abri, toujours en bord de plage, toujours seuls au monde. La soirée sera même plutôt clémente. Mais le vent et la pluie font faire leur apparition pendant la nuit et ruiner la nuit de Caroline et Michel qui vont entendre toute la nuit les toiles du toit relevable claquer au fur et à mesure des rafales …. 

Nouvelle étape à Gythio, petit village de pêcheurs charmant qui attire la curiosité des touristes non pas par son charme, mais grâce ou à cause, d’un bateau échoué quelques kilomètres plus loin. Spectacle atypique dont l’histoire veut que l’armateur, ruiné, ne pouvait plus payer son anneau au port et a préféré laisser son navire, le Dimitrios, s’échouer plus loin.   

Nous allons ensuite prendre un tout petit ferry pour découvrir … un petit coin de paradis : l’île d’Elafonisos, située au large du « 3ème doigt ».

Dès l’arrivée sur le port, nous sommes charmés : tout est calme, posé, serein. Même le soleil nous accueille ! Ce sera d’ailleurs la première fois que nous franchirons le pas d’un café-restaurant qui nous proposera de nous faire une pizza à emporter : nous allons même pouvoir choisir un à un les ingrédients que nous voulons mettre dessus. Nous sommes encore emballés par la bienveillance et la disponibilité des gens.

Nous allons passer le week-end sur place et y rencontrer, totalement par hasard Gunnar et sa femme, que nous avions déjà croisé en Italie, par 2 fois ! Autre rencontre de voyageurs : les Walter dreamers dans leur superbe Hymer vintage. Votre maison sur roues nous a conquis … Nous avons l’impression d’en voir partout depuis que nous vous avons croisés ! 😉 

Clairement, les photos vaudront le meilleur des discours mais cette île nous a valu un magnifique coup de cœur. Une plage digne des plus belles, des couleurs splendides, des constructions harmonieuses. Nous en prenons plein les yeux. Le vent n’est jamais bien loin mais nous allons même réussir à trouver une dune derrière laquelle s’abriter qui nous permettra de nous croire, pendant quelques heures, en plein été, sur une plage idyllique, mais seuls au monde. Nous sommes à ce moment-là à l’apogée de notre « robinsonisme » ! 

Après un bref passage dans le Géoparc d’Agios Nikolaos, tout en bas du « 3ème doigt » où nous bivouaquerons encore une fois seuls au monde, nous reprenons la route vers le nord.

Nous remontons vers un autre gros coup de cœur : le village fortifié de Monemvasia. Cette ville est située sur un rocher-promontoire. Elle est incroyablement bien préservée et nous arrivons à ressentir l’atmosphère rebelle et indépendante qui caractérise l’histoire de cette cité. Pour la petite histoire, ce sera la première ville grecque à obtenir son indépendance en 1821.  Et devinez qui nous croisons dans ses ruelles escarpées ? Gunnar et Tanja !

Nous allons ensuite passer 2 jours dans une crique privative, adossée à un champ d’oliviers. Le chemin pour y accéder est un peu raide mais Tiny et son chauffeur s’en sortent comme des chefs. Nous découvrons une plage aux galets multicolores. Elle ne sera rien qu’à nous ou presque pendant 2 jours. Le temps n’est pas toujours clément mais Michel nous fera un petit feu le soir. Le petit village de Tyros situé à une petite demi-heure de marche à peine est un peu endormi, d’autant que nous y sommes au moment de la fête d’indépendance : jour férié et confiné. Nous prenons plaisir à ralentir le rythme aussi, prendre (encore plus) le temps de rien.., de tout … Bon, il est vrai aussi que Caroline a un peu de travail en ce moment … enfin un peu plus encore : le contrat d’un jour par semaine est quelque peu entamé ! Et il est vrai que même si nous prenons beaucoup de plaisir à découvrir de nouveaux lieux de bivouacs, il est aussi particulièrement confortable de ne pas avoir à chercher un nouvel endroit tous les soirs. Surtout lorsqu’ils sont aussi topissimes que celui-ci. Clairement, si la météo avait été plus clémente, nous y serions peut-être même restés encore un peu ….

Mais, non, nous bougeons et nous allons passer la fin de semaine vers Napflio ou Nauplie, ancienne capitale de la Grèce située sur le « 4ème doigt » du Péloponnèse. C’est une ville très agréable, probablement très vivante l’été, surplombée par un rocher, le Palamède sur lequel est érigée une citadelle impressionnante. C’est notre première visite depuis que les sites archéologiques sont à nouveau ouverts au public. Nous croisons quelques visiteurs, quasiment tous grecs. Nous espérons que c’est le signe d’un confinement qui s’allège et de libertés bientôt retrouvées pour une population qui souffre beaucoup de la situation sanitaire et/ou des mesures politiques qui ont été prises depuis novembre notamment. Nous allons adorer cette visite, la vue éblouissante, les couleurs et odeurs printanières, les vestiges de bâtiments très bien mis en scène qui nous permettent de comprendre l’importance stratégique de ce château au fil des périodes et des dominations étrangères.

Voisin de Nauplie, se trouve également le site archéologique de Mycènes, avec son impressionnante Porte des Lionnes.

Nous bivouaquerons à nouveau 2 fois au même endroit, à l’abri d’une petite chapelle orthodoxe.

Nous y rencontrerons Christos qui ira nous chercher dans son champs voisin plusieurs kilogrammes d’oranges et autres clémentines.

Le lendemain, ce sera une nouvelle rencontre et à nouveau un sac d’agrumes… que nous partagerons cette fois avec Coline et Julien, jeune couple qui voyage également en Hymer et qui se joindra à nous lors de notre 2ème nuit de bivouac.

Merci encore à vous 2 pour votre bonne humeur, pour vos jolis savons et pour avoir occupé Jules un bon moment avec son attrape-rêves. Bonne suite de voyage !

Yia Sass 

Le Péloponnèse 🇬🇷

Le Péloponnèse 🇬🇷

Du 6 mars au 18 mars 2021

Nous voici arrivés en Grèce, plus précisément à Patras, sur la côte ouest du Peloponnèse.

La Grèce impose, à priori, une quatorzaine de 7 jours à toutes les personnes arrivant sur le territoire. Même s’il semble que les touristes nomades ne soient pas réellement concernés (en même temps, nous sommes déjà pas mal auto-confinés dans Tiny ! ), nous décidons de respecter cette règle et indiquons pour notre première semaine 2 adresses de résidence : Pyrgos (plage) et Pylos (plage) … 

Après environ 1h30 de route nous arrivons donc sur notre premier spot. Et là … c’est le bonheur ! Une petite plage de sable blanc, une mer turquoise…. Nous arrivons même à descendre Tiny sur le sable. Nous voilà donc en mode famille Robinson pour quelques jours. La plage est déserte, même pour un samedi. Les premiers promeneurs que nous allons croiser sont un couple de personnes âgées. 1er passage avec grand sourire et signe de la main ; 2ème passage avec des coquillages et des bonbons pour Jules ; 3ème passage avec quelques clémentines ; 4ème passage avec une bouteille d’huile d’olive, au moins 5 kilos d’oranges et de citrons, un pot de confiture maison … Quel accueil … nous en avons pratiquement les larmes aux yeux devant tant de gentillesse et de bienveillance … La Grèce, que nous ne connaissons pas vraiment (juste une petite incursion dans les Cyclades il y a quelques années pour Caroline et Michel), se présente sous un jour qui nous émerveille.

Et effectivement, partout où nous allons passer, nous sommes accueillis par des sourires, des signes de main amicaux. La différence de langue pourrait être un vrai frein aux échanges et en fait il n’en est rien tant cette différence est gommée par l’accessibilité et la gentillesse des personnes croisées.

Nous allons rester 4 jours vers Pyrgos, à profiter de « notre » plage et se mettre au régime grec. Le site archéologique d’Olympie est fermé mais le petit village est adorable. Le littoral est magnifique : nous ferons 1 infidélité à « notre » plage pour aller dormir sur une autre plage immense, bordée de dizaine de maison abandonnées, longée par une magnifique pinède. Mais nous reviendrons vers notre paradis. Le temps finit par se gâter un peu et par apporter du vent, ce qui est assez difficile à gérer pour les bivouaqueurs que nous sommes. Nous décidons de faire une incursion dans les terres pour se mettre un peu à l’abri. Nous allons, par hasard découvrir un lieu magique : les cascades de Polylimnio. C’est un endroit idyllique, aux couleurs magiques et nous en profitons encore une fois tous seuls. Après une petite aventure off-road décoiffante (Yves et Philippe vous auriez kiffé grave 😉 ; Caroline s’est juste mise en apnée et a fermé les yeux pendant quelques minutes) gérée d’une main de maître par Michel et Tiny, nous trouvons un petit coin pour nous arrêter. La soirée sera fraîche, très fraîche même mais pas trop venteuse. 

Sur la route qui nous amène vers Pylos nous tombons sur deux sites insolites, un château à l’allure d’un compte de Disney et la tour Eiffel version Grecque 🤪

Pylos est un charmant village qui va nous enchanter. Cela va également être l’endroit d’une 2ème belle rencontre fortuite : celle de Sylvain et Isabelle, croisés au supermarché qui nous proposerons naturellement de passer chez eux pour l’apéritif. Sylvain et Isabelle sont des amoureux de la Grèce, qui habitent dans la région depuis quelques années. Non contents d’accueillir de parfaits étrangers hirsutes et débraillés chez eux, ils nous inviteront le surlendemain à utiliser leur salle de bain, leur machine à laver, ainsi qu’à partager leur déjeuner … tout en nous donnant de précieux conseils pour la suite de nos aventures. Merci encore pour votre accueil et votre gentillesse ! Cette rencontre sera l’occasion de partager la bouteille offerte quelques semaines plus tôt par Eric et Fanny : le champagne était excellent ! Merci aussi encore une fois à vous 2. Nous sommes exactement à ce moment là où nous voulions aller : vers des rencontres, des moments de partage, d’ouverture et de confiance … en toute simplicité. La Grèce nous séduit, chaque jour un peu plus …

Notre spot de bivouac à Pylos, sera sur la plage (encore), près d’une épave que Jules se fera un plaisir d’aller explorer. Juste derrière se trouve une très belle réserve ornithologique. Une petite randonnée nous permettra de découvrir le Paleokastro qui nous offrira une vue extraordinaire sur la baie mais aussi sur l’une des plus belles plages du monde : Voidokilia. En chemin nous serons enchantés par la diversité des fleurs sur notre passage. En descendant vers cette plage idyllique en forme de fer à cheval, nous ferons une brève incursion dans la grotte de Nestor, ancien roi de Pylos, gardée par des abeilles/guêpes pas vraiment ravies d’être dérangées. Jules en gardera 2 petites piqûres … 

Après un dernier bivouac particulièrement venteux dans la région et une balade matinale vers Methoni pour Michel et Fauve, la quatorzaine étant définitivement finie, nous reprenons la route vers le sud, une région sauvage et peu touristique, Le Magne.

Nous passerons par le site archéologique de l’ancienne Messeni, fermé pour cause de pandémie. Nous aurons tout de même une très belle vue d’en haut et nous pourrons admirer l’impressionnant mur d’enceinte de 9 km et la porte d’Arcadie. Tout à côté, se trouve le très joli monastère de Voulcanou, fermé l’après-midi quant à lui …

Sur la route, c’est un défilé de paysages à couper le souffle : des falaises abruptes, aux tons parfois presque blancs et parfois rouges, une eau translucide turquoise. Nous en prenons plein les yeux et des whaou s’entendent régulièrement dans la voiture.

Le seul hic, c’est la météo : les prévisions ne sont pas très bonnes et effectivement, nous allons avoir de la pluie mais surtout beaucoup, beaucoup de vent. Il est difficile de trouver des endroits pour s’arrêter en étant un minimum à l’abri. Nous préférons ne pas ouvrir l’auvent ni monter les parois quand les rafales sont trop importantes ce qui nous prive forcément d’un confort certain. Ce sera d’ailleurs la première fois en près de 5 mois de voyage que nous dinerons à l’intérieur de Tiny un soir de pluie et de forts vents. Nous passerons aussi une nuit presque blanche avec Michel à entendre claquer les parois du toit relevable … les joies de l’aventure ! 😉 

Mais rien ne pourrait nous défaire de notre entrain et de notre curiosité. Nous sommes en train de tomber en amour de cette région si sauvage, si émerveillante, si contrastée. La superposition visuelle de sommets enneigés et d’une mer turquoise est splendide. En déambulant dans les ruelles désertes du village quasi abandonné de Vathia, nous tombons sur une autre famille d’aventuriers français, les Tootoboo, partis il y a quelques semaines, eux-aussi, à la découverte du monde. Pendant que Jules et Tao explorent les maisons désertées, nous échangeons sur nos envies, nos projets, nos visions du voyage. Petit à petit, nous qui avions un peu l’impression d’être « à part », peut-être même un peu décalés dans notre environnement quotidien, nous nous rendons compte que d’autres partagent notre ressenti, qu’une autre grande famille, celles des aventuriers nomades, se trouve sur les routes, ou en revient, ou projette d’y repartir. Chacun son voyage, chacun son aventure mais ensemble dans l’échange et le partage. Bonne route à vous et à bientôt ! 

Après Vathia, direction la péninsule du Cap Tenaro. Là encore, nous serons éblouis. Les photos parleront d’elles-mêmes. Nouvelle rencontre avec un Robinson allemand, qui voyage seul dans sa Dacia depuis quelques années et qui attend une amie qui devait déjà être arrivée … Nous finirons par nous demander depuis combien de temps il l’attend … 😉 Mais l’échange est bienveillant et un peu … irréel. 

La suite … pour plus tard

Yia Sass 

Semaine 21 – Grèce

Semaine 21 – Grèce

Kalimera 

Samedi 20 mars 2021 : nous nous sommes promenés près de la mer puis nous avons pris un petit ferry pour aller sur l’île d’Elafonisos.

Dimanche 21 mars 2021 :  nous avons fait les Robinson toute la matinée sur une plage avec une eau translucide et du sable blanc et nous y avons aussi mangé le midi.

Lundi 22 mars 2021 : nous avons quitté l’île d’Elafonisos et nous nous sommes posés en bivouac près de la plage dans un petit creux.   

 Mardi 23 mars 2021 : nous sommes restés au bivouac toute la matinée donc j’ai travaillé. Le soir, nous avons pris une chambre d’hôtel car il y avait du vent et de la pluie.

Mercredi 24 mars 2021 : le matin nous sommes partis de l’hôtel et nous avons vu la presqu’île de Monemvassia remplie de remparts, de fortifications et de vieilles églises. Nous avons vu un village piéton et pour les travaux il fallait donc utiliser les chevaux.      

Jeudi 25 mars 2021 : le matin, nous avons pris notre petit déjeuner dans la voiture car il y avait de la pluie et du vent. Nous sommes restés au bivouac toute la journée et nous nous sommes promenés dans le village de Tyros. Enfin, l’après-midi, nous avons fait un 1000 bornes, papa a gagné, maman était dernière et moi deuxième.

Vendredi 26 mars 2021 : nous avons mangé un sandwich à Nafplio. Nous nous sommes posés en bivouac près d’une vieille petite chapelle et nous nous sommes promenés jusqu’au site archéologique de Micène.

Ὃ γέγραφα γέγραφα. Ce que j’ai écrit, je l’ai écrit.

Jules 

Semaine 20 – Grèce

Semaine 20 – Grèce

Guten Tag  

Samedi 12 mars 2021 : nous avons vu et escaladé un château en ruines et nous avons aussi vu la grotte de Nestor où je me suis fait piquer par une guêpe. A votre avis qui est Nestor ? Le roi de Pylos. Puis nous avons vu une des dix plus belles plages du monde avec une eau translucide et du sable blanc.

Dimanche 13 mars 2021 :  Sylvain et Isabelle nous ont invité à manger, faire la lessive et prendre une douche dans une salle de bain géante avec une fenêtre sur la plage.

Lundi 14 mars 2021 : c’était une journée pluvieuse et le matin nous avons remballé au bon moment car 2 minutes après il pleuvait. La journée nous avons vu un ancien mur de 9 km où nous avons vu un trou par où nous nous sommes passés. Nous avons aussi vu la vieille ville de Messina qui était fermée.   

Mardi 15 mars 2021 : nous nous sommes posés en bivouac près d’une plage de galet qui faisait beaucoup de bruit.

Mercredi 16 mars 2021 : nous nous sommes posés en bivouac près d’un village abandonné qui s’appelle Vathia.         

Jeudi 17 mars 2021 : nous nous sommes posés en bivouac près de la plage de Drosopigi et elle m’a beaucoup plu.

Vendredi 18 mars 2021 : la journée nous avons vu une vieille épave abandonnée rouillée, le Dimitrios, et le soir nous nous sommes posés en bivouac près de la plage.

Ὃ γέγραφα γέγραφα.Ce que j’ai écrit, je l’ai écrit.

Jules 

Les Pouilles – 🇮🇹

Les Pouilles – 🇮🇹

Du 27 février 2021 au 05 mars 2021.

Nous quittons donc notre camping romain tout à la joie de nos retrouvailles avec Tiny. Direction les Pouilles. Nous devons, pour se faire, traverser une petite région, le Molise, classée rouge depuis quelques temps. Nous décidons donc de ne pas nous arrêter et de nous poser, pour notre premier bivouac, juste après le passage de « frontière », vers le Lac d’Occhito. Ce bivouac a une saveur particulière tant nous sommes contents de nous retrouver en pleine nature, isolés et libres… Même s’il ne fait pas forcément bien chaud ! De plus, clairement, le lieu est magique et arrivés de nuit, il se découvrira le lendemain matin sous son meilleur jour … 

Michel est impatient de passer en Grèce. De son côté, Caroline rêve depuis longtemps des Pouilles. Donc nous arrivons à un compromis : on s’y balade quelques jours et au plus tard dans une semaine on prend le ferry. Check ! 

Et là … et bien ce sera sans aucun doute un de nos coups de cœur de ce voyage : la côte est extraordinairement belle et les villages traversés vont nous charmer. Nous allons en prendre plein les yeux pendant ces quelques jours. 

Après avoir pris déjà un premier grand plaisir à découvrir le Parc de Gargano (petite péninsule au Nord-Est de la région) sauvage et lumineux, nous décidons de descendre le « talon » par la côte ouest et de le remonter par la côte est.

Premier coup de cœur pour la ville de Trani, jolie ville de la côte adriatique avec sa cathédrale immaculée devant une mer turquoise. Nous sommes le week-end et cela se sent : les Italiennes sont toutes endimanchées, la promenade le long de la mer est chargée de passants et les restaurants et autres bars branchés sont pleins. Cela nous fait presque bizarre de nous retrouver au milieu de tellement de gens, entourés d’une énergie que nous n’avions plus l’habitude de voir. Pour la petite histoire, Trani est un des endroits connus pour pouvoir y déguster des oursins. Nous nous contenterons d’une assiette d’aperitivo accompagnée de l’incontournable spritz.

Sur la route, nous tomberons presque par hasard sur … les Maldives ! 😉 Une plage, à Torre Lapillo va tout particulièrement nous éblouir avec son sable fin tout blanc et ses eaux aux multiples bleus.

Petit passage à Gallipoli qui nous rappellera un peu Syracuse et dans laquelle nous allons aimer nous perdre un peu.

En remontant le talon, nous découvrirons une autre plage, vers Alimini, qui nous enchantera. Arrêtés juste pour un pique-nique initialement, nous y bivouaquerons finalement. Nous réalisons la chance que nous avons de pouvoir bénéficier d’endroits paradisiaques comme celui-ci juste pour nous. Les bars de plage fermés, les villages vacances et autres résidences hôtelières en attente de la haute saison, les photos de ces mêmes endroits prises en pleine saison nous permettent de remercier tous les jours l’étoile qui nous permet de profiter de ces lieux magiques et d’en savourer la quiétude. 

Autre ville qui va nous enchanter : Lecce, bâtie dans un style baroque très différent de ce que nous avons pu voir jusqu’à présent. C’est un plaisir de déambuler dans ses ruelles, de tomber à chaque coin de rue sur un bâtiment qui nous interpelle. Cette ville est décrite comme un incontournable dans les Pouilles et nous confirmons : nous allons nous régaler !

2 autres villes très particulières vont nous marquer : Ostuni, ville aux bâtiments blanchis (cela ne nous rappelerait-il pas un peu la Grèce ? … 😉) et Alberobello, la ville aux maisons de Schtroumpfs. La campagne dans les Pouilles est parsemée de petites constructions arrondies en pierre appelées des trulli. Alberobello en concentre un très grand nombre, rénovées pour la plupart dans un but touristique (magasin ou chambre à louer) mais cela donne à l’endroit un charme très particulier. De plus, nous y sommes arrivés à la nuit tombée, au moment où les éclairages se mettaient en route ce qui a ajouté une pincée de magie à la visite.

Un regret peut-être … celui de ne pas avoir pu visiter la ville de Polignano del mare. A peine arrivés, nous sommes interpelés par 2 jeunes agents de police zelés qui veulent absolument nous verbalisés pour avoir, quelques jours plus tôt quitter une région pour une autre ce qui est interdit depuis janvier. En 4 mois en Italie, c’est notre premier contrôle pas bien sympathique, il arrive le jour où nous devons prendre le ferry pour la Grèce … Il faudra à Caroline plus d’une heure de discussions pour récupérer nos papiers sans avoir de contravention mais ils outrepasseront leurs droits en nous demandant d’aller directement à Bari attendre le ferry … Qu’à cela ne tienne, nous irons fêter la contravention évitée dans un petit restaurant mémorable dont vous trouverez l’adresse sur notre page gourmande (une fois que nous l’aurons publiée !). Nous en profitons d’autant plus que nous savons la Grèce confinée et ses tavernes fermées …

Clairement, nous avons adoré les Pouilles. Son littoral y est spectaculaire et nous a offert des bivouacs magiques. Ses champs d’oliviers à perte de vue sont majestueux. Au passage, nous allons aussi prendre conscience de la terrible invasion de la bactérie Xylella qui a dévasté ici des plantations entières. Mais nous y avons aussi découvert des villes pleines de charme avec des architectures très différentes. C’est une région qui mériterait amplement que nous lui dédions plus de temps mais il nous faut embarquer vers un autre pays, une autre culture, une langue différente et nous avons vraiment hâte ! 

Buona giornata

Semaine 19 – Grèce

Semaine 19 – Grèce

Kalimera  

Samedi 5 mars 2021 : nous sommes arrivés à Patras en Grèce et nous nous sommes posés en bivouac près de la plage sur laquelle j’ai beaucoup joué. Puis nous avons rencontré un couple de papi & mamie grecques qui nous ont apporté : 5 kilos d’oranges, de la marmelade, des bonbons, des coquillages et de l’huile d’olive.

Dimanche 6 mars 2021 : je me suis baigné au bivouac et avec papa nous nous sommes fait des passes sur la plage et je me suis raconté des histoires.

Lundi 7 mars 2021 : je me suis encore baigné au bivouac et j’ai joué au chasseur, à l’espion et au pêcheur. Puis à midi nous nous sommes mangé une délicieuse salade avec des feuilles de vignes.

Mardi 8 mars 2021 : le soir nous nous sommes posés en bivouac près de la plage mais pas sur la même plage et nous nous sommes fait becqueter par les moustiques puis j’ai trouvé des os de chèvres !

Mercredi 9 mars 2021 : devinez quoi … Maman s’est baignée dans une eau à 14°C et avec papa nous avons fait des passes dans l’eau. Sur le chemin, nous avons vu un château qui ressemblait à celui de « La belle au bois dormant ».

Jeudi 10 mars 2021 : nous avons quitté la plage pour aller voir des cascades et nous nous y sommes posés en bivouac l’après-midi.

Vendredi 11 mars 2021 :  nous avons quitté les cascades pour aller sur une autre plage et je me suis baigné. A midi nous avons été invités par Isabelle et Sylvain, un couple de Français qui vivent en Grèce dans une très jolie villa avec vue sur la mer.

Ὃ γέγραφα γέγραφα. Ce que j’ai écrit, je l’ai écrit.

Jules 

Suite de la Campanie et Rome, grand retour -🇮🇹

Suite de la Campanie et Rome, grand retour -🇮🇹

Du 9 février 2021 au 26 février 2021

Le lundi, la météo sera finalement bien plus clémente que prévue. Direction Pompéi, destination très attendue par nous trois.

A nouveau, nous allons avoir des difficultés pour acheter nos billets : entre le site web qui « oublie » de nous envoyer les tickets après paiement et la machine sur place qui rend l’âme devant nous … Pourtant, il est 11h, il n’y a pas plus de 10 personnes dans le site et à minima autant de guides devant l’entrée qui attendent les touristes. Finalement, nous aurons le droit de rentrer, sans ticket … Et nous allons vivre une journée extraordinaire, quasiment seuls au milieu des vestiges de cette ville immense, richement décorée et aménagée, qui raconte toute une histoire, l’Histoire avec un grand H mais aussi plein d’histoires individuelles . C’est une visite très forte en émotions, émotions amplifiées par le silence qui y règne. Le temps un peu couvert ne nous permet pas de voir le sommet de celui qui a signé la fin de cette cité grandiose mais il est tout de même bien présent. Ironie du sort, nous aurons l’occasion de voir un petit reportage sur Pompéi, Herculanum et Baïa quelques jours plus tard sur une chaîne française : cela aura l’avantage de nous permettre d’encore mieux comprendre le mode de vie de cette période ainsi que la catastrophe qui a touché ces milliers de gens. Vous l’aurez compris : Pompéi restera un moment très fort de notre aventure italienne.

Le lendemain, direction Naples. Caroline appréhendait un peu cette visite, tout en étant curieuse de découvrir cette ville foisonnante, présentée souvent comme bruyante, sale, exubérante. Clairement, nous ne sommes pas très fans de grandes villes et l’isolement provoqué par la Covid nous a encore plus habitués au calme et à la quiétude … Pas encore famille ours mais pas loin … 😉

created by dji camera

En tout cas, la surprise en sera d’autant plus agréable ! Nous sommes émerveillés par la richesse de l’architecture de cette belle ville. Le quartier espagnol, composé de minuscules ruelles avec du linge qui pend aux fenêtres et des scooters qui nous frôlent à toute vitesse répond aux clichés du type mais, contre toute attente, nous aimons déambuler dans ces ruelles à la fois intimes et chargées de street art. Et Naples, ce n’est pas que cela : c’est aussi la majestueuse Galerie Umberto I, ce sont ses 3 châteaux, son Palais Royal grandiose, son immense Piazza del Popolo… et encore, nous n’avons pas tout vu car certains lieux comme la Basilique Santa Chiara et son cloître seront fermés lors de notre passage. Et bien sûr, Naples, c’est aussi la capitale mondiale de la pizza … et notamment de la pizza fritta, sorte de mix entre la calzone et le beignet : une plaie pour les fesses et les cuisses mais un bonheur pour le palais … 

Le lendemain, nous prenons la direction de Rome : le Lazzio est passé en zone jaune, certains musées ont ré-ouvert et nous souhaitons profiter de l’occasion pour en découvrir certains, notamment la chapelle Sixtine. De plus, nous avons le projet de prendre le ferry pour le Maroc à Gênes donc il nous faut tranquillement remonter vers le Nord. Sur le chemin, nous essayons de découvrir Caserta avec son Palais classé au patrimoine mondial de L’Unesco et ses fabuleux jardins mais cette fois-ci les éléments seront contre nous : une pluie battante et un vent de folie nous feront rebrousser chemin, après une pause chocolat chaud tout de même.

En remontant sur Rome, nous nous arrêterons sur les bivouacs qui nous avaient déjà tant plu à l’aller, notamment celui de Sperlonga. Entre temps, une tempête est passée par là et la plage a quasiment disparue tellement l’eau est montée et a ramené avec elle déchets végétaux et malheureusement aussi parfois humains. En dehors des pêcheurs, nombreux avec la mer déchainée, nous y sommes toujours aussi au calme…

En arrivant sur Rome, nous avons une petite frayeur mécanique sur la route. Après un bivouac particulièrement froid sur la plage et un réveil glaçant, nous nous rapprochons d’un camping : nous sommes dimanche et nous voulons absolument faire voir Tiny par un garagiste dès le lendemain. Nous apprécions l’aide apportée par les utilisateurs des réseaux sociaux : à peine Michel a posté son souci de la veille qu’il reçoit plein de conseils et de pistes pour la panne. Il démonte, teste, observe, écoute … et confirme certains retours concernant un possible défaut des roulements avant gauche. Tiny part au garage le lendemain et … y restera près de 10 jours ! Pièces non disponibles, commandées au bout de 5 jours de gardiennage … Cerise sur le gâteau, le jour où nous devons finalement récupérer la voiture, le garagiste nous informe que le différentiel est « ruined ». ☹ Nous décidons de récupérer notre maison roulante tout de même, ce qui nous vaudra un garagiste pas très content (déjà que nous avions refusé de changer les disques de frein …) qui nous fera attendre 3h pour établir une facture  … salée ! A ce stade, nous nous devons de dire un immense merci à Didier, que nous ne connaissons pour l’instant que via les réseaux sociaux mais qui nous aura été d’une aide précieuse : c’est un des premiers à avoir « diagnostiqué » la panne originelle et c’est aussi lui qui nous donnera les coordonnées de notre 2ème héros du jour, Mauro, garagiste francophone en Val d’Aoste. Par téléphone, il guidera Michel pour vérifier l’état du différentiel (qui va très bien) et l’aidera à identifier le problème : un capteur ABS qui est défectueux et qui bloque les roues constamment. Une fois le capteur démonté et l’arbre de transmission avant remonté (nous étions repartis du garage avec l’arbre sous le bras), Tiny sera fin prête pour repartir !

Si vous avez bien suivi, nous sommes donc restés plus de 10 jours dans un camping en bordure de Rome. Cela nous a permis de faire de jolies rencontres, notamment Paul et ses parents, également sur les routes italiennes en van. Jules a adoré partager plusieurs heures de jeu avec Paul et nous vous souhaitons bonne route pour la suite. Merci également à Eric et sa femme, couple champenois qui nous a soutenu pendant nos ennuis mécaniques et avec qui nous avons partagé de belles discussions (encore merci pour la bouteille qui est au frais en attendant la bonne occasion).

Nous qui voulions revenir vers cette ville qui nous avait tellement plu, nous allons être servis ! Après quelques jours de froid glacial (lors de notre dernier bivouac avant le camping, les flaques d’eau autour de la voiture avaient gelé pendant la nuit !), nous retrouvons un temps printanier, grand soleil et températures douces sans être trop chaudes ce qui est idéal pour se balader.

Entre la visite des musées du Vatican (premier bain de foule depuis des mois ! ) qui va nécessiter plus de 5 heures tellement nous en avons pris plein des yeux, la découverte de nouveaux quartiers comme le Trastevere, mais aussi les Piazza Navona, Spagna et Vittorio Emanuel II (gros coup de cœur …), la « route des basiliques », nous allons nous régaler. Au propre comme au figuré car nous en profiterons aussi pour faire quelques pauses gourmandes … Vraiment, nous apprécions cette ville si riche, si belle, à taille humaine et également dotée de très beaux espaces verts. La circulation y est effectivement très dense en périphérie mais nous ressentons moins la présence des voitures au cœur même de la ville. Le dimanche midi nous retournerons à la Basilique St Pierre voir le pape (de loin) et écouter sa bénédiction. Nous serons même interviewés à la fin de son intervention … les stars ! 

Et là, vous vous dites : et le ferry pour le Maroc ? Et bien entre temps, nous avons appris que les liaisons maritimes avec le Maroc étaient suspendues. Donc finalement, nous reprenons la route vers le Sud, direction les Pouilles, passées en jaune, et …. La Grèce ? 

Buona giornata

Semaines 17 et 18 – Italie

Semaines 17 et 18 – Italie

Güten Tag  

Samedi 20 février 2021 : nous avons visité les plus grandes cathédrales de Rome et mangé des glaces en cornet avec bout chocolat et chantilly : maman croquant de grand-mère myrtille papa pana cotta chocolat et moi crème de 1947 banane. 

 Dimanche 21 février 2021 : nous avons eu la bénédiction du Pape François et nous avons mangé: maman un parmegana papa un tritartaro et moi un fish & chips. Puis papa et maman ont pris de délicieuses glaces et moi un Tiramisu banane/chocolat.

Lundi 22 février 2021 : nous sommes restés au camping 🏕️ tout la journée.

Mardi 23 février 2021 : nous sommes retournés au glacier du dimanche 22 février 2021 avec chantilly et fond chocolat. Nous avons cherché parmi des centaines de bustes le buste d’Archimède au parc Pincio car en recherchant sur Archimède j’a vu qu’il était là bas.

Mercredi 24 février 2021 :nous avons enfin pu récupérer la voiture mais elle n’était pas complètement réparé.

Jeudi 25 février 2021 : papa a réparé la voiture sous les conseils d’un garagiste Land.

Vendredi 26 février 2021 : nous sommes enfin sortis du camping et le soir nous nous sommes posés en bivouac près du lago di Occhito.

samedi 27 février 2021 : nous nous sommes posés en bivouac près d’un village vacances géant mais le vigile nous a proposé de nous mettre plus près de l’entrée pour être à l’abri.

Dimanche 28 mars 2021 : nous avons la journée visité Vieste qui m’a fait penser à Castellamaret del Golfo en Sicile. Nous nous sommes posés en bivouac le soir, près de la plage avec une eau aussi transparente qu’une fenêtre qui vient d’être lavée.

Lundi 1er mars 2021 :  le midi nous nous sommes fait un petit snack dans la ville de Porto Cesareo . Nous nous sommes encore posés en bivouac près de la plage .

Mardi 2 mars 2021 : le midi papa et maman ont vu une magnifique plage avec une eau translucide et du sable blanc. L’après-midi nous avons fait un pique-nique sur la plage et nous y sommes posés le soir en bivouac.

Mercredi 3 mars 2021 : la journée nous avons visité Brindisi qui m’a plu avec sa cathédrale.

Jeudi 4 mars 2021 : nous avons visité Lecce et bu un verre. Nous avons aussi visité Alberobelo le village des schtroumpfs que j’ai adoré avec ses éclairages.

Vendredi 5 mars 2021 : nous avons visité Bari et le soir nous avons pris le ferry pour aller en Grèce de Bari à Patras.

Désolé de ne pas avoir posté la semaine 17 mais je l’ai mise avec la semaine 18 !

Veni Vidi Amavi

Jules 

Calabre & Basilicate partie 2, début de la Campanie -🇮🇹

Calabre & Basilicate partie 2, début de la Campanie -🇮🇹

Du 03 février 2021 – 08 février 2021

Nous vous avions quittés alors que nous reprenions la route vers la Calabre. Nous la traversons par l’intérieur des terres cette fois-ci, pour rejoindre le littoral côté mer Tyrrhénienne ce qui nous amène à découvrir Cosenza, l’une des villes les plus importantes de la région.

Notre premier spot juste avant d’atteindre la côte sera près d’une vielle tour, avec une vue sublime sur le Stromboli. Entre la tour, sa grotte, les arènes juste en face … C’est un terrain de jeu superbe pour Jules. Heureusement qu’il a besoin de manger sinon, nous ne le verrions jamais … 😉 

Le lendemain sera une journée magnifique : un temps printanier et un paysage à couper le souffle … Nous avions lu que cette côte était jolie ; effectivement, elle est même spectaculaire ! Les couleurs sont dingues, les fleurs commencent déjà à éclore, nous sommes toujours aussi … tranquilles. Un vrai grand coup de cœur pour des endroits comme Capo vaticano ou Tropea et son Eglise Santa Maria dell’Isola. 

Toute la côte est bordée de villages adorables, il ne nous est pas possible de s’arrêter à tous mais nous prendrons beaucoup de plaisir à déambuler dans certains, à prendre le temps, profiter d’une météo clémente et d’une vue hypnotisante. 

Notre route nous amène à traverser à nouveau un tout petit bout du Basilicate : nous découvrons Maratea, sans pour autant grimper jusqu’au Christ rédempteur tourné vers les montagnes et non vers la mer pour une fois. En effet, la côte est très escarpée, trouver un bivouac n’est pas simple et il est toujours plus facile de s’installer de jour. Ce dernier bivouac en Basilicate nous offrira, une fois encore, une plage privée, un réveil en douceur et une belle randonnée matinale pour Jules, Michel et Fauve …

Le 05 février, nous arrivons dans la région de la Campanie, la région de Naples, du Vésuve, de Pompéi … Il fait encore très beau mais cela ne va pas durer. L’allègement des mesures sanitaires en Italie a permis la ré-ouverture de certains musées et sites touristiques mais pas le week-end. Donc nous décidons de profiter d’une fenêtre météo clémente pour aller rendre visite au Vésuve puis de rester dans la région, mais un peu à l’abri pour ensuite découvrir Pompéi (fermé le week-end) et Naples.

Naïvement, nous pensons être les seuls à avoir l’idée de grimper sur le volcan pendant le week-end, lors d’une journée quasi estivale … Et bien non ! Le parking est plein, majoritairement des italiens mais aussi quelques touristes. Après coup, nous nous rendons compte que même « plein », cela n’a absolument rien à voir avec le taux de fréquentation habituel mais cela nous surprend tout de même. Une fois Tiny garée, arrivés à l’entrée du Parc avec la navette, nous apprenons qu’il n’est pas possible de prendre les billets sur place : il faut les acheter sur internet et …. Il n’y a pas de réseau … Les carabinieri ont été appelés car des touristes italiens sont quelque peu furieux de l’organisation en place. Tout le monde se retrouve devant l’entrée, le regard fixé sur son téléphone, a tenté de trouver un minimum de réseau pour commander ses billets. Et nous faisons comme tout le monde, utilisant nos 3 téléphones, faisant un pas à gauche, 2 à droite, un en arrière… Ah là ça passe un peu … en fait non. On recommence encore et encore … il nous faudra bien 45 minutes pour récupérer nos billets mais nous y arriverons ! Hourra !  Le gardien à l’entrée nous souhaitera la bienvenue (en français) et manifestera sa joie de voir les touristes « étrangers » revenir sur le site. La balade se fait sans souci. Rien à voir avec l’Etna. Le sentier est balisé, le Vésuve n’est pas bien haut, 1280 mètres et comme nous avons pris la navette depuis le parking qui doit être à 1000m, il ne reste que quelques dizaines de mètres à monter. C’est une journée calme pour le Vésuve, juste quelques fumeroles visibles en haut du cratère. Le paysage est lunaire, les pierres de lave d’une couleur beaucoup plus rouge que vers l’Etna. La vue sur le golfe de Naples est magnifique d’autant que le ciel est totalement dégagé. Un guide nous expliquera dans un français … un peu approximatif, la vie du volcan et ses spécificités. Nous apprécions la promenade mais pour être honnêtes, notre expérience « etnaesque » nous a tellement marquée que nous sommes sans doute un peu plus difficiles … il nous manque le côté sauvage, méritant, vivant, même si nous avons pleinement conscience qu’il pourrait, à tout moment, se réveiller et se révéler particulièrement dangereux pour tous les habitants des alentours

Le lendemain, le temps commence à se gâter. Nous profitons de quelques heures de répit avant l’arrivée prévue de très fortes pluies et de vent pour découvrir la côte amalfitaine. La veille au soir, en cherchant notre bivouac, nous avions été surpris par les kilomètres de bouchons (nous étions en sens inverse heureusement) sur l’unique route qui longe le littoral. Nous nous rendons compte en plus que la route est coupée après Amalfi et ne nous permet donc pas de longer toute la côte comme nous le souhaitions. Donc toutes les voitures vues la veille revenaient des 2-3 villages avant la fin de route … Qu’est-ce que cela doit être en été … Effectivement, la côte est magnifique. Nous avons peu de photos car le ciel n’aurait pas permis de restituer correctement la beauté de l’endroit mais nous en prenons plein les yeux. En revanche, nous n’imaginons pas l’endroit en plein été. Et 15 euros pour 3 cornets de glace …. Nous sommes loin des tarifs habituels ! Clairement ce glacier ne figurera pas dans notre page gourmande … 😉 

Le soir, nous nous posons pour 3 nuits en chambre d’hôtes à la fois pour se mettre un peu l’abri de la météo et également pour abriter Tiny le temps de notre découverte de Naples.

Buona giornata

Semaine 16 – Italie (Rome)

Semaine 16 – Italie (Rome)

Güten Tag

Samedi 13 février 2021 : nous avons visité les musées du Vatican et nous avons vu la Chapelle Sixtine. Ils étaient magnifiques. Nous y avons vu : des sculptures, des peintures et d’autres œuvres. Il y avait des audios-guides qui nous ont tout expliqué. Nous avons vu : des sculptures égyptiennes, des tableaux de Rafaële, de ses élèves, des tableaux et sculptures de Michel-Ange, et d’autres œuvres encore.

Dimanche 14 février 2021 : le matin en quittant le bivouac il faisait -3°C. À midi nous avons pris un bungalow au même type de camping ️que le 17 novembre et le soir papa et maman sont allés au restaurant en amoureux et moi je suis resté au bungalow et j’ai regardé un film en mangeant.

Lundi 15 février 2021 : nous avons emmené la voiture au garage car les deux roulements avant ont explosé et avaient pris feu.

🔥

Au bungalow j’ai trouvé un copain français et nous avons joué tout les deux.

Mardi 16 février 2021 : Joyeux Mardi Gras ! Nous, nous avons visité un autre quartier de Rome : « Trastevere » qui m’a plu et nous avons appris qu’il y avait un conflit à Rome entre France et Garibaldi car l’Italie était devenue une République et le Pape avait dû s’exiler.

Mercredi 17 février 2021 : papa et maman sont allés se faire couper les cheveux et j’ai encore joué avec Paul.

Jeudi 18 février 2021 : la journée nous avons visité le quartier français de Rome et papa et maman m’ont acheté deux livres : CÉSAR et le fantôme du Colisée par Geronimo Stilton puis nous avons vu l’ambassade de France. Nous avons visité un musée sur Leonardo Da Vinci que j’ai adoré car il était que pour nous.

Vendredi 12 fevrier 2021 : le matin nous avons fait deux heures de mathématiques et en fin d’après midi nous avons fait une petite balade et nous avons pris un milk shake.

Voici des mots croisés sur nos coups de coeurs Italiens 😉….à vous de jouer !


1. Patisserie traditionnelle Italienne de Noel
2. Ville de Christophe Colomb
3. Plus ancienne ville du monde
4. Capitale Italienne du chocolat
5. Chapelle célèbre du Vatican
6. L'un des villages des 5 Terres
7. Ville Italienne à la tour penchée
8. Le plus haut volcan d'Europe
9. Ville d'Archimède
10. Cathédrale en Italien
11. Boulettes de riz garnies, spécialités de Sicile
12. Nombre de têtes de maures sur le drapeau Sarde
13. Pont célèbre de Florence
14. Fruit emblématique de Calabre
15. Célèbre arène de Rome

Veni Vidi Amavi

 Jules