Archives de
Catégorie : Italie

Les Pouilles – 🇮🇹

Les Pouilles – 🇮🇹

Du 27 février 2021 au 05 mars 2021.

Nous quittons donc notre camping romain tout à la joie de nos retrouvailles avec Tiny. Direction les Pouilles. Nous devons, pour se faire, traverser une petite région, le Molise, classée rouge depuis quelques temps. Nous décidons donc de ne pas nous arrêter et de nous poser, pour notre premier bivouac, juste après le passage de « frontière », vers le Lac d’Occhito. Ce bivouac a une saveur particulière tant nous sommes contents de nous retrouver en pleine nature, isolés et libres… Même s’il ne fait pas forcément bien chaud ! De plus, clairement, le lieu est magique et arrivés de nuit, il se découvrira le lendemain matin sous son meilleur jour … 

Michel est impatient de passer en Grèce. De son côté, Caroline rêve depuis longtemps des Pouilles. Donc nous arrivons à un compromis : on s’y balade quelques jours et au plus tard dans une semaine on prend le ferry. Check ! 

Et là … et bien ce sera sans aucun doute un de nos coups de cœur de ce voyage : la côte est extraordinairement belle et les villages traversés vont nous charmer. Nous allons en prendre plein les yeux pendant ces quelques jours. 

Après avoir pris déjà un premier grand plaisir à découvrir le Parc de Gargano (petite péninsule au Nord-Est de la région) sauvage et lumineux, nous décidons de descendre le « talon » par la côte ouest et de le remonter par la côte est.

Premier coup de cœur pour la ville de Trani, jolie ville de la côte adriatique avec sa cathédrale immaculée devant une mer turquoise. Nous sommes le week-end et cela se sent : les Italiennes sont toutes endimanchées, la promenade le long de la mer est chargée de passants et les restaurants et autres bars branchés sont pleins. Cela nous fait presque bizarre de nous retrouver au milieu de tellement de gens, entourés d’une énergie que nous n’avions plus l’habitude de voir. Pour la petite histoire, Trani est un des endroits connus pour pouvoir y déguster des oursins. Nous nous contenterons d’une assiette d’aperitivo accompagnée de l’incontournable spritz.

Sur la route, nous tomberons presque par hasard sur … les Maldives ! 😉 Une plage, à Torre Lapillo va tout particulièrement nous éblouir avec son sable fin tout blanc et ses eaux aux multiples bleus.

Petit passage à Gallipoli qui nous rappellera un peu Syracuse et dans laquelle nous allons aimer nous perdre un peu.

En remontant le talon, nous découvrirons une autre plage, vers Alimini, qui nous enchantera. Arrêtés juste pour un pique-nique initialement, nous y bivouaquerons finalement. Nous réalisons la chance que nous avons de pouvoir bénéficier d’endroits paradisiaques comme celui-ci juste pour nous. Les bars de plage fermés, les villages vacances et autres résidences hôtelières en attente de la haute saison, les photos de ces mêmes endroits prises en pleine saison nous permettent de remercier tous les jours l’étoile qui nous permet de profiter de ces lieux magiques et d’en savourer la quiétude. 

Autre ville qui va nous enchanter : Lecce, bâtie dans un style baroque très différent de ce que nous avons pu voir jusqu’à présent. C’est un plaisir de déambuler dans ses ruelles, de tomber à chaque coin de rue sur un bâtiment qui nous interpelle. Cette ville est décrite comme un incontournable dans les Pouilles et nous confirmons : nous allons nous régaler !

2 autres villes très particulières vont nous marquer : Ostuni, ville aux bâtiments blanchis (cela ne nous rappelerait-il pas un peu la Grèce ? … 😉) et Alberobello, la ville aux maisons de Schtroumpfs. La campagne dans les Pouilles est parsemée de petites constructions arrondies en pierre appelées des trulli. Alberobello en concentre un très grand nombre, rénovées pour la plupart dans un but touristique (magasin ou chambre à louer) mais cela donne à l’endroit un charme très particulier. De plus, nous y sommes arrivés à la nuit tombée, au moment où les éclairages se mettaient en route ce qui a ajouté une pincée de magie à la visite.

Un regret peut-être … celui de ne pas avoir pu visiter la ville de Polignano del mare. A peine arrivés, nous sommes interpelés par 2 jeunes agents de police zelés qui veulent absolument nous verbalisés pour avoir, quelques jours plus tôt quitter une région pour une autre ce qui est interdit depuis janvier. En 4 mois en Italie, c’est notre premier contrôle pas bien sympathique, il arrive le jour où nous devons prendre le ferry pour la Grèce … Il faudra à Caroline plus d’une heure de discussions pour récupérer nos papiers sans avoir de contravention mais ils outrepasseront leurs droits en nous demandant d’aller directement à Bari attendre le ferry … Qu’à cela ne tienne, nous irons fêter la contravention évitée dans un petit restaurant mémorable dont vous trouverez l’adresse sur notre page gourmande (une fois que nous l’aurons publiée !). Nous en profitons d’autant plus que nous savons la Grèce confinée et ses tavernes fermées …

Clairement, nous avons adoré les Pouilles. Son littoral y est spectaculaire et nous a offert des bivouacs magiques. Ses champs d’oliviers à perte de vue sont majestueux. Au passage, nous allons aussi prendre conscience de la terrible invasion de la bactérie Xylella qui a dévasté ici des plantations entières. Mais nous y avons aussi découvert des villes pleines de charme avec des architectures très différentes. C’est une région qui mériterait amplement que nous lui dédions plus de temps mais il nous faut embarquer vers un autre pays, une autre culture, une langue différente et nous avons vraiment hâte ! 

Buona giornata

Suite de la Campanie et Rome, grand retour -🇮🇹

Suite de la Campanie et Rome, grand retour -🇮🇹

Du 9 février 2021 au 26 février 2021

Le lundi, la météo sera finalement bien plus clémente que prévue. Direction Pompéi, destination très attendue par nous trois.

A nouveau, nous allons avoir des difficultés pour acheter nos billets : entre le site web qui « oublie » de nous envoyer les tickets après paiement et la machine sur place qui rend l’âme devant nous … Pourtant, il est 11h, il n’y a pas plus de 10 personnes dans le site et à minima autant de guides devant l’entrée qui attendent les touristes. Finalement, nous aurons le droit de rentrer, sans ticket … Et nous allons vivre une journée extraordinaire, quasiment seuls au milieu des vestiges de cette ville immense, richement décorée et aménagée, qui raconte toute une histoire, l’Histoire avec un grand H mais aussi plein d’histoires individuelles . C’est une visite très forte en émotions, émotions amplifiées par le silence qui y règne. Le temps un peu couvert ne nous permet pas de voir le sommet de celui qui a signé la fin de cette cité grandiose mais il est tout de même bien présent. Ironie du sort, nous aurons l’occasion de voir un petit reportage sur Pompéi, Herculanum et Baïa quelques jours plus tard sur une chaîne française : cela aura l’avantage de nous permettre d’encore mieux comprendre le mode de vie de cette période ainsi que la catastrophe qui a touché ces milliers de gens. Vous l’aurez compris : Pompéi restera un moment très fort de notre aventure italienne.

Le lendemain, direction Naples. Caroline appréhendait un peu cette visite, tout en étant curieuse de découvrir cette ville foisonnante, présentée souvent comme bruyante, sale, exubérante. Clairement, nous ne sommes pas très fans de grandes villes et l’isolement provoqué par la Covid nous a encore plus habitués au calme et à la quiétude … Pas encore famille ours mais pas loin … 😉

created by dji camera

En tout cas, la surprise en sera d’autant plus agréable ! Nous sommes émerveillés par la richesse de l’architecture de cette belle ville. Le quartier espagnol, composé de minuscules ruelles avec du linge qui pend aux fenêtres et des scooters qui nous frôlent à toute vitesse répond aux clichés du type mais, contre toute attente, nous aimons déambuler dans ces ruelles à la fois intimes et chargées de street art. Et Naples, ce n’est pas que cela : c’est aussi la majestueuse Galerie Umberto I, ce sont ses 3 châteaux, son Palais Royal grandiose, son immense Piazza del Popolo… et encore, nous n’avons pas tout vu car certains lieux comme la Basilique Santa Chiara et son cloître seront fermés lors de notre passage. Et bien sûr, Naples, c’est aussi la capitale mondiale de la pizza … et notamment de la pizza fritta, sorte de mix entre la calzone et le beignet : une plaie pour les fesses et les cuisses mais un bonheur pour le palais … 

Le lendemain, nous prenons la direction de Rome : le Lazzio est passé en zone jaune, certains musées ont ré-ouvert et nous souhaitons profiter de l’occasion pour en découvrir certains, notamment la chapelle Sixtine. De plus, nous avons le projet de prendre le ferry pour le Maroc à Gênes donc il nous faut tranquillement remonter vers le Nord. Sur le chemin, nous essayons de découvrir Caserta avec son Palais classé au patrimoine mondial de L’Unesco et ses fabuleux jardins mais cette fois-ci les éléments seront contre nous : une pluie battante et un vent de folie nous feront rebrousser chemin, après une pause chocolat chaud tout de même.

En remontant sur Rome, nous nous arrêterons sur les bivouacs qui nous avaient déjà tant plu à l’aller, notamment celui de Sperlonga. Entre temps, une tempête est passée par là et la plage a quasiment disparue tellement l’eau est montée et a ramené avec elle déchets végétaux et malheureusement aussi parfois humains. En dehors des pêcheurs, nombreux avec la mer déchainée, nous y sommes toujours aussi au calme…

En arrivant sur Rome, nous avons une petite frayeur mécanique sur la route. Après un bivouac particulièrement froid sur la plage et un réveil glaçant, nous nous rapprochons d’un camping : nous sommes dimanche et nous voulons absolument faire voir Tiny par un garagiste dès le lendemain. Nous apprécions l’aide apportée par les utilisateurs des réseaux sociaux : à peine Michel a posté son souci de la veille qu’il reçoit plein de conseils et de pistes pour la panne. Il démonte, teste, observe, écoute … et confirme certains retours concernant un possible défaut des roulements avant gauche. Tiny part au garage le lendemain et … y restera près de 10 jours ! Pièces non disponibles, commandées au bout de 5 jours de gardiennage … Cerise sur le gâteau, le jour où nous devons finalement récupérer la voiture, le garagiste nous informe que le différentiel est « ruined ». ☹ Nous décidons de récupérer notre maison roulante tout de même, ce qui nous vaudra un garagiste pas très content (déjà que nous avions refusé de changer les disques de frein …) qui nous fera attendre 3h pour établir une facture  … salée ! A ce stade, nous nous devons de dire un immense merci à Didier, que nous ne connaissons pour l’instant que via les réseaux sociaux mais qui nous aura été d’une aide précieuse : c’est un des premiers à avoir « diagnostiqué » la panne originelle et c’est aussi lui qui nous donnera les coordonnées de notre 2ème héros du jour, Mauro, garagiste francophone en Val d’Aoste. Par téléphone, il guidera Michel pour vérifier l’état du différentiel (qui va très bien) et l’aidera à identifier le problème : un capteur ABS qui est défectueux et qui bloque les roues constamment. Une fois le capteur démonté et l’arbre de transmission avant remonté (nous étions repartis du garage avec l’arbre sous le bras), Tiny sera fin prête pour repartir !

Si vous avez bien suivi, nous sommes donc restés plus de 10 jours dans un camping en bordure de Rome. Cela nous a permis de faire de jolies rencontres, notamment Paul et ses parents, également sur les routes italiennes en van. Jules a adoré partager plusieurs heures de jeu avec Paul et nous vous souhaitons bonne route pour la suite. Merci également à Eric et sa femme, couple champenois qui nous a soutenu pendant nos ennuis mécaniques et avec qui nous avons partagé de belles discussions (encore merci pour la bouteille qui est au frais en attendant la bonne occasion).

Nous qui voulions revenir vers cette ville qui nous avait tellement plu, nous allons être servis ! Après quelques jours de froid glacial (lors de notre dernier bivouac avant le camping, les flaques d’eau autour de la voiture avaient gelé pendant la nuit !), nous retrouvons un temps printanier, grand soleil et températures douces sans être trop chaudes ce qui est idéal pour se balader.

Entre la visite des musées du Vatican (premier bain de foule depuis des mois ! ) qui va nécessiter plus de 5 heures tellement nous en avons pris plein des yeux, la découverte de nouveaux quartiers comme le Trastevere, mais aussi les Piazza Navona, Spagna et Vittorio Emanuel II (gros coup de cœur …), la « route des basiliques », nous allons nous régaler. Au propre comme au figuré car nous en profiterons aussi pour faire quelques pauses gourmandes … Vraiment, nous apprécions cette ville si riche, si belle, à taille humaine et également dotée de très beaux espaces verts. La circulation y est effectivement très dense en périphérie mais nous ressentons moins la présence des voitures au cœur même de la ville. Le dimanche midi nous retournerons à la Basilique St Pierre voir le pape (de loin) et écouter sa bénédiction. Nous serons même interviewés à la fin de son intervention … les stars ! 

Et là, vous vous dites : et le ferry pour le Maroc ? Et bien entre temps, nous avons appris que les liaisons maritimes avec le Maroc étaient suspendues. Donc finalement, nous reprenons la route vers le Sud, direction les Pouilles, passées en jaune, et …. La Grèce ? 

Buona giornata

Semaines 17 et 18 – Italie

Semaines 17 et 18 – Italie

Güten Tag  

Samedi 20 février 2021 : nous avons visité les plus grandes cathédrales de Rome et mangé des glaces en cornet avec bout chocolat et chantilly : maman croquant de grand-mère myrtille papa pana cotta chocolat et moi crème de 1947 banane. 

 Dimanche 21 février 2021 : nous avons eu la bénédiction du Pape François et nous avons mangé: maman un parmegana papa un tritartaro et moi un fish & chips. Puis papa et maman ont pris de délicieuses glaces et moi un Tiramisu banane/chocolat.

Lundi 22 février 2021 : nous sommes restés au camping 🏕️ tout la journée.

Mardi 23 février 2021 : nous sommes retournés au glacier du dimanche 22 février 2021 avec chantilly et fond chocolat. Nous avons cherché parmi des centaines de bustes le buste d’Archimède au parc Pincio car en recherchant sur Archimède j’a vu qu’il était là bas.

Mercredi 24 février 2021 :nous avons enfin pu récupérer la voiture mais elle n’était pas complètement réparé.

Jeudi 25 février 2021 : papa a réparé la voiture sous les conseils d’un garagiste Land.

Vendredi 26 février 2021 : nous sommes enfin sortis du camping et le soir nous nous sommes posés en bivouac près du lago di Occhito.

samedi 27 février 2021 : nous nous sommes posés en bivouac près d’un village vacances géant mais le vigile nous a proposé de nous mettre plus près de l’entrée pour être à l’abri.

Dimanche 28 mars 2021 : nous avons la journée visité Vieste qui m’a fait penser à Castellamaret del Golfo en Sicile. Nous nous sommes posés en bivouac le soir, près de la plage avec une eau aussi transparente qu’une fenêtre qui vient d’être lavée.

Lundi 1er mars 2021 :  le midi nous nous sommes fait un petit snack dans la ville de Porto Cesareo . Nous nous sommes encore posés en bivouac près de la plage .

Mardi 2 mars 2021 : le midi papa et maman ont vu une magnifique plage avec une eau translucide et du sable blanc. L’après-midi nous avons fait un pique-nique sur la plage et nous y sommes posés le soir en bivouac.

Mercredi 3 mars 2021 : la journée nous avons visité Brindisi qui m’a plu avec sa cathédrale.

Jeudi 4 mars 2021 : nous avons visité Lecce et bu un verre. Nous avons aussi visité Alberobelo le village des schtroumpfs que j’ai adoré avec ses éclairages.

Vendredi 5 mars 2021 : nous avons visité Bari et le soir nous avons pris le ferry pour aller en Grèce de Bari à Patras.

Désolé de ne pas avoir posté la semaine 17 mais je l’ai mise avec la semaine 18 !

Veni Vidi Amavi

Jules 

Calabre & Basilicate partie 2, début de la Campanie -🇮🇹

Calabre & Basilicate partie 2, début de la Campanie -🇮🇹

Du 03 février 2021 – 08 février 2021

Nous vous avions quittés alors que nous reprenions la route vers la Calabre. Nous la traversons par l’intérieur des terres cette fois-ci, pour rejoindre le littoral côté mer Tyrrhénienne ce qui nous amène à découvrir Cosenza, l’une des villes les plus importantes de la région.

Notre premier spot juste avant d’atteindre la côte sera près d’une vielle tour, avec une vue sublime sur le Stromboli. Entre la tour, sa grotte, les arènes juste en face … C’est un terrain de jeu superbe pour Jules. Heureusement qu’il a besoin de manger sinon, nous ne le verrions jamais … 😉 

Le lendemain sera une journée magnifique : un temps printanier et un paysage à couper le souffle … Nous avions lu que cette côte était jolie ; effectivement, elle est même spectaculaire ! Les couleurs sont dingues, les fleurs commencent déjà à éclore, nous sommes toujours aussi … tranquilles. Un vrai grand coup de cœur pour des endroits comme Capo vaticano ou Tropea et son Eglise Santa Maria dell’Isola. 

Toute la côte est bordée de villages adorables, il ne nous est pas possible de s’arrêter à tous mais nous prendrons beaucoup de plaisir à déambuler dans certains, à prendre le temps, profiter d’une météo clémente et d’une vue hypnotisante. 

Notre route nous amène à traverser à nouveau un tout petit bout du Basilicate : nous découvrons Maratea, sans pour autant grimper jusqu’au Christ rédempteur tourné vers les montagnes et non vers la mer pour une fois. En effet, la côte est très escarpée, trouver un bivouac n’est pas simple et il est toujours plus facile de s’installer de jour. Ce dernier bivouac en Basilicate nous offrira, une fois encore, une plage privée, un réveil en douceur et une belle randonnée matinale pour Jules, Michel et Fauve …

Le 05 février, nous arrivons dans la région de la Campanie, la région de Naples, du Vésuve, de Pompéi … Il fait encore très beau mais cela ne va pas durer. L’allègement des mesures sanitaires en Italie a permis la ré-ouverture de certains musées et sites touristiques mais pas le week-end. Donc nous décidons de profiter d’une fenêtre météo clémente pour aller rendre visite au Vésuve puis de rester dans la région, mais un peu à l’abri pour ensuite découvrir Pompéi (fermé le week-end) et Naples.

Naïvement, nous pensons être les seuls à avoir l’idée de grimper sur le volcan pendant le week-end, lors d’une journée quasi estivale … Et bien non ! Le parking est plein, majoritairement des italiens mais aussi quelques touristes. Après coup, nous nous rendons compte que même « plein », cela n’a absolument rien à voir avec le taux de fréquentation habituel mais cela nous surprend tout de même. Une fois Tiny garée, arrivés à l’entrée du Parc avec la navette, nous apprenons qu’il n’est pas possible de prendre les billets sur place : il faut les acheter sur internet et …. Il n’y a pas de réseau … Les carabinieri ont été appelés car des touristes italiens sont quelque peu furieux de l’organisation en place. Tout le monde se retrouve devant l’entrée, le regard fixé sur son téléphone, a tenté de trouver un minimum de réseau pour commander ses billets. Et nous faisons comme tout le monde, utilisant nos 3 téléphones, faisant un pas à gauche, 2 à droite, un en arrière… Ah là ça passe un peu … en fait non. On recommence encore et encore … il nous faudra bien 45 minutes pour récupérer nos billets mais nous y arriverons ! Hourra !  Le gardien à l’entrée nous souhaitera la bienvenue (en français) et manifestera sa joie de voir les touristes « étrangers » revenir sur le site. La balade se fait sans souci. Rien à voir avec l’Etna. Le sentier est balisé, le Vésuve n’est pas bien haut, 1280 mètres et comme nous avons pris la navette depuis le parking qui doit être à 1000m, il ne reste que quelques dizaines de mètres à monter. C’est une journée calme pour le Vésuve, juste quelques fumeroles visibles en haut du cratère. Le paysage est lunaire, les pierres de lave d’une couleur beaucoup plus rouge que vers l’Etna. La vue sur le golfe de Naples est magnifique d’autant que le ciel est totalement dégagé. Un guide nous expliquera dans un français … un peu approximatif, la vie du volcan et ses spécificités. Nous apprécions la promenade mais pour être honnêtes, notre expérience « etnaesque » nous a tellement marquée que nous sommes sans doute un peu plus difficiles … il nous manque le côté sauvage, méritant, vivant, même si nous avons pleinement conscience qu’il pourrait, à tout moment, se réveiller et se révéler particulièrement dangereux pour tous les habitants des alentours

Le lendemain, le temps commence à se gâter. Nous profitons de quelques heures de répit avant l’arrivée prévue de très fortes pluies et de vent pour découvrir la côte amalfitaine. La veille au soir, en cherchant notre bivouac, nous avions été surpris par les kilomètres de bouchons (nous étions en sens inverse heureusement) sur l’unique route qui longe le littoral. Nous nous rendons compte en plus que la route est coupée après Amalfi et ne nous permet donc pas de longer toute la côte comme nous le souhaitions. Donc toutes les voitures vues la veille revenaient des 2-3 villages avant la fin de route … Qu’est-ce que cela doit être en été … Effectivement, la côte est magnifique. Nous avons peu de photos car le ciel n’aurait pas permis de restituer correctement la beauté de l’endroit mais nous en prenons plein les yeux. En revanche, nous n’imaginons pas l’endroit en plein été. Et 15 euros pour 3 cornets de glace …. Nous sommes loin des tarifs habituels ! Clairement ce glacier ne figurera pas dans notre page gourmande … 😉 

Le soir, nous nous posons pour 3 nuits en chambre d’hôtes à la fois pour se mettre un peu l’abri de la météo et également pour abriter Tiny le temps de notre découverte de Naples.

Buona giornata

Semaine 16 – Italie (Rome)

Semaine 16 – Italie (Rome)

Güten Tag

Samedi 13 février 2021 : nous avons visité les musées du Vatican et nous avons vu la Chapelle Sixtine. Ils étaient magnifiques. Nous y avons vu : des sculptures, des peintures et d’autres œuvres. Il y avait des audios-guides qui nous ont tout expliqué. Nous avons vu : des sculptures égyptiennes, des tableaux de Rafaële, de ses élèves, des tableaux et sculptures de Michel-Ange, et d’autres œuvres encore.

Dimanche 14 février 2021 : le matin en quittant le bivouac il faisait -3°C. À midi nous avons pris un bungalow au même type de camping ️que le 17 novembre et le soir papa et maman sont allés au restaurant en amoureux et moi je suis resté au bungalow et j’ai regardé un film en mangeant.

Lundi 15 février 2021 : nous avons emmené la voiture au garage car les deux roulements avant ont explosé et avaient pris feu.

🔥

Au bungalow j’ai trouvé un copain français et nous avons joué tout les deux.

Mardi 16 février 2021 : Joyeux Mardi Gras ! Nous, nous avons visité un autre quartier de Rome : « Trastevere » qui m’a plu et nous avons appris qu’il y avait un conflit à Rome entre France et Garibaldi car l’Italie était devenue une République et le Pape avait dû s’exiler.

Mercredi 17 février 2021 : papa et maman sont allés se faire couper les cheveux et j’ai encore joué avec Paul.

Jeudi 18 février 2021 : la journée nous avons visité le quartier français de Rome et papa et maman m’ont acheté deux livres : CÉSAR et le fantôme du Colisée par Geronimo Stilton puis nous avons vu l’ambassade de France. Nous avons visité un musée sur Leonardo Da Vinci que j’ai adoré car il était que pour nous.

Vendredi 12 fevrier 2021 : le matin nous avons fait deux heures de mathématiques et en fin d’après midi nous avons fait une petite balade et nous avons pris un milk shake.

Voici des mots croisés sur nos coups de coeurs Italiens 😉….à vous de jouer !
[game-crossword id= »2815″ ]

Veni Vidi Amavi

 Jules

Le Basilicate partie 1🇮🇹

Le Basilicate partie 1🇮🇹

Résultat de recherche d'images pour "la basilicate"

Du 26 janvier 2021 au 02 février 2021

Le Basilicate … Pour être totalement honnêtes, avant d’arriver en Italie nous n’avions jamais entendu parler de cette région d’Italie. Même lorsque nous suivions les évolutions des restrictions par région, nous ne nous sentions pas vraiment concernés par cette région inconnue qui, donc, ne devait pas se trouver sur notre trajet prévisionnel. Et bien, que nenni (ça, c’est pour toi Charlène … 😉 ) ! Lorsque nous commençons à réfléchir à la suite de notre périple sur le continent, nous nous rendons compte que pour aller de la Calabre aux Pouilles, il nous faut traverser une région, toute en longueur, le Basilicate. Nous voilà moins bêtes. Et quand nous nous apercevons qu’en plus, ce petit bout de région est classé jaune et non orange comme ses 2 voisines, vous vous imaginez bien que nous nous sommes empressés de traverser la frontière et … prendre un petit encas dans un café !

Le Basilicate restera clairement une très belle surprise. C’est une région toute en longueur, bordée par les mers Tyrrhénienne et Ionienne comme la Calabre mais ne bénéficiant que de quelques kilomètres de littoral de chaque côté. Au milieu, ce sont des montagnes. Au Sud elle est encadrée par la Calabre et les Pouilles ; au Nord-Ouest, elle est bordée à nouveau par la Calabre et par la Campanie.

Vous l’aurez compris, c’est une région très peu touristique, encore sauvage et son relief y est pour beaucoup. Et comme nous sommes, nous aussi, un peu sauvages … et bien l’alchimie a très bien fonctionné !

Déjà, point remarquable : le littoral est nettement plus propre que la Calabre voisine et c’est très appréciable.

Ensuite, nous n’avons pas résisté à une incursion dans l’intérieur des terres et donc en montagne et là … quelles découvertes !

Tout d’abord Craco ville fantôme digne d’un décor de cinéma.

Puis Aliano, ville dans laquelle Carlo Levi, écrivain renommé de Turin, fut assigné à résidence pendant la seconde guerre mondiale. Il découvrit alors l’Italie du Sud et en tomba amoureux. S’en est suivi un roman « Le Christ s’est arrêté à Eboli » qui permit de faire connaitre les conditions de vie des habitants de cette région si rude. Le point de vue sur les Calanchi, falaises argileuses sculptées par l’érosion est magnifique. Nous avons également beaucoup aimé le street art omniprésent dans les ruelles du village.

Nouvel effet Whaou avec 2 villages nichés dans les montagnes : Castelmezzano et Pietrapertosa. Au grand dam de Jules, la tyrolienne qui relie ces 2 villages ne fonctionne que l’été … Ces villages ont été littéralement creusés dans les roches et donnent l’impression d’y être lovés, comme au creux d’une main. L’hiver est là, bien présent avec ses températures fraîches et des reliquats de chutes de neige pas très vieilles. Mais nous nous sentons bien sur ces hauteurs …

Nous redescendrons ensuite près sur le littoral où les bivouacs sont tout de même plus confortables.

De là, nous partons à la découverte d’un nouveau coup de cœur : Matera. Plus vieux village du monde, classé au patrimoine de l’Unesco, il est caractérisé par ses Sassi : des constructions troglodytes qui témoignent des conditions de vie particulièrement rudes de ce coin de l’Italie, même si beaucoup ont été aujourd’hui rénovées et transformées en très jolis B&B … Le hasard fera que nous y croiserons un couple de voyageurs allemands préalablement croisés …. en Sicile ! Nous ne bivouaquerons pas très loin pour pouvoir profiter de ce village 2 jours, de jour (…) et de nuit. Il restera sans aucun doute une de nos étapes phares. Et quel plaisir de pouvoir se faire un petit restaurant le midi … et de déambuler dans un musée, pour la première fois depuis des mois ! Nous passerons plus de 2 heures à admirer peintures et photographie du Musée de la Civilisation paysanne, quasiment privatisé pour nous. Un bonheur que l’on doit à Jules qui a insisté pour y rentrer. Et il a drôlement bien fait : ce musée est passionnant et permet de mieux comprendre les origines de cette région et de ses habitants. Et voici notre point culture … Saviez-vous que le film « La passion du Christ » de et avec Mel Gibson avait été tourné dans ce décor unique ?

Nous ne connaissions même pas cette région il y a encore quelques semaines. C’est à ce jour un vrai coup de cœur pour nous 3, pour son littoral, tout aussi grandiose que celui de la Calabre mais bien plus propre, pour ses villages authentiques et si bien entretenus, pour son histoire si présente, pour ses habitants, certains un peu méfiants mais tous très fiers de leur région : Ici c’est la vraie Italie nous dira l’un d’entre eux …

Au moment où nous apprêtions à quitter cette région pour rejoindre les Pouilles, nous apprenons que quasiment toute l’Italie passe en jaune sauf …. Les Pouilles, la Sicile, l’Ombrie et la région autonome de Bolsano. Nous avons pris goût au jaune et la Grèce ne semble pas prête à déconfiner. Nous décidons donc de changer une fois de plus nos plans et de repartir vers la Calabre, découvrir la côte ouest que nous n’avions pas pris le temps de découvrir la première fois.

La suite … très vite ! 

Buona giornata

Semaine 15 – Italie

Semaine 15 – Italie

Güten Tag 

Samedi 6 février 2021 : nous avons escaladé le Vésuve et un guide nous a          expliqué sa magnifique histoire.

Dimanche 7 février 2021 : nous avons visité la ville de Amalfi où nous avons mangé des glaces et le soir nous nous sommes pris un appartement pour 3 jours car de la pluie était prévue.

Lundi 8 février 2021 : nous avons visité Pompei, la ville mythique qui a été détruite par le Vésuve en 79 après J.C. Elle est magnifique de chez magnifique et nous avons vu : des thermes, des maisons, des temples, des cathédrales et une basilique.

Mardi 2 février 2021 : nous avons mangé des pizzas à Naples : maman une frite (spécialité de Naples), papa une calabrese et moi une pistache. Bien sûr nous avons visité Naples qui est magnifique et j’ai eu un  vrai coup de cœur pour : la cathédrale, la galerie Umberto, un des 3 ville châteaux, le palais royal … Savez-vous que Naples a inventé la pizza margerita et qu’elle a les meilleurs pizzas du monde ?

Mercredi 10 février 2021 : nous avons visité la ville de Caserta sous des trombes d’eau qui m’a plue avec leur équivalent du château de Versailles.

Jeudi 11 février 2021 : la journée nous sommes retournés à Sperlonga où nous avons pris un petit apéro au même bistrot.

Vendredi 12 février 2021 : la journée nous avons visité la ville de Terracina qui m’a plue .

Veni Vidi Amavi

Jules

Notre humeur, 100 jours après le départ

Notre humeur, 100 jours après le départ

Jules :

J’aime tout : les bivouacs, les visites, être avec mes parents, les chambres d’hôtes, faire des câlins à Fauve.

J’aime visiter des cathédrales, églises et basiliques mais aussi les villes et villages.

J’adore faire l’école avec mes parents. Je suis content quand j’ai des nouvelles de l’école.

Sur les bivouacs, j’aime aider mes parents à installer le bivouac et surtout jouer.

En voiture, j’aime lire sur ma tablette, imaginer des histoires, colorier et jouer avec doudou et stromboli.

Je suis content quand j’ai des nouvelles de ma famille : Papino, Mamital, mamie Annie, Juliette, Pauline, tata Alex, tonton Luc, les cousins et tata Chantal.

Je veux absolument continuer le voyage, voir de magnifiques choses et apprendre beaucoup.

Caroline :

Pour ma part, j’adore notre nouvelle vie. Je trouve que nous avons tout de suite trouvé nos marques tous les 3. Je profite bien plus de mes hommes et cela me plaît. Même si les moments de dispute avec Jules sont encore bien trop fréquents, les moments de câlins et de complicité sont également beaucoup plus présents qu’avant et c’est une richesse absolue.

Je suis fière d’eux,

  • de mon chéri qui prend soin de nous continuellement, qui nous conduit (le plus souvent), qui nous cuisine de bons petits plats tous les jours dans toutes les conditions météo possibles, qui trouve toujours plus d’astuces pour rendre notre quotidien plus confort,
  • de mon fils qui s’intéresse à tout, qui s’enthousiasme avec nous, qui s’adapte avec une facilité déconcertante à ce nouveau rythme et au manque de confort, qui est capable de jouer des heures seul sans s’ennuyer tellement ils sont nombreux dans sa petite tête qui bouillonne.

Peu d’enfants je pense se montreraient aussi avide de nouvelles découvertes, aussi flexible face à des conditions de vie spartiates (douches extérieures quand il fait moins de 10°, toilettes dans la nature qu’il faut creuser au préalable et recouvrir ensuite, … 😉), aussi indépendant et autonome dans ses loisirs. Nous nous fâchons souvent car, à côté de cela, les notions de soin ou de respect ne sont pas encore acquises loin de là mais j’ai conscience d’être une maman très chanceuse …

Je pense arriver à concilier notre nouveau rythme avec mon travail même si je dépasse quelque peu depuis le début le temps que je devrais impartir à ce dernier. Je suis contente d’avoir eu la possibilité de continuer à travailler, d’avoir des contacts réguliers avec mes collègues.

Nos 3 mois en Italie nous ont permis de démarrer assez tranquillement notre aventure mais j’avoue que je suis loin d’avoir atteint mon niveau de « lâcher-prise ». J’aspire à franchir, à titre très personnel, une étape supplémentaire pour davantage me connecter avec le présent. Cela passera très certainement avec un voyage qui nous orientera vers des cultures encore plus différentes de la mienne. Et je sais que je peux aussi compter sur mes 2 hommes pour m’aider à y arriver. J’ai aussi un travail à faire pour gagner en patience, …ce n’est pas Jules qui dira le contraire !

Donc oui bien sûr, je veux continuer, encore plus loin, encore plus haut ! 😉

Michel :  

Il m’a fallu quelques jours avant de me rendre compte qu’il ne s’agissait pas de vacances mais d’une vraie expérience.

Même si notre itinéraire initialement prévu a dû être adapté en fonction des circonstances sanitaires et météorologiques, je prends un plaisir particulier à découvrir tous les jours de nouveaux endroits, à nous installer sur de nouveaux bivouacs. J’ai apprécié le fait qu’il ait été, jusqu’à présent, très facile de se poser à des endroits souvent très beaux.

J’ai l’impression de m’être bien déconnecté de mon quotidien.

Le plaisir de rouler sur certains chemins, certaines pistes en Italie m’a fait prendre conscience que notre véhicule était bien adapté pour ce type de voyage. Je n’aurai pas imaginé avoir la possibilité de dormir si souvent sur la plage auparavant.

Au bout de 3 mois en Italie, je retiens les magnifiques paysages, la nourriture, les villages et l’histoire omniprésente mais aussi le côté moins agréable des incivilités continues sur la route et des déchetteries à ciel ouvert.

J’ai hâte de découvrir d’autres pays, d’autres paysages, … La Grèce ? Le Maroc ?…

Semaine 14 – Italie

Semaine 14 – Italie

Güten Tag  

Samedi 30 janvier 2021 : nous avons visité la ville de Matera, la plus vieille ville du monde classée par l’UNESCO qui m’a plu avec ses magnifiques Sassi (troglodytes de Matera) et nous avons mangé au restaurant des pizzas : papa une frutti di mare maman une Cezanne et moi une del re avec des frites.

Dimanche 31 janvier 2021 : la journée nous avons quitté la Basilicate pour aller en Calabre. Le soir nous nous sommes posés près de la plage en bivouac.

Lundi 1er février 2021 : nous avons visité la ville de Cosenza. Avec papa, nous avons visité un couvent et j’ai encore mangé une pizza aux frites.

Mardi 2 février 2021 : le soir nous nous sommes posés près d’une vieille tour en bivouac et j’ai joué pendant 1 à 2h.

Mercredi 3 février 2021 : le soir nous nous sommes posés en bivouac près de la plage et nous avons vu le Stromboli.

Jeudi 4 février 2021 : nous avons quitté la Calabre pour aller en Basilicate visiter Maratea.

Vendredi 5 février 2021 : le matin avec papa nous nous sommes promenés avec Fauve sur un GR (chemin de grande randonnée). La journée, nous avons visité la ville de Marina di Camerota qui m’a plu avec ses bateaux. Nous y avons mangé des parts de pizza sur une plage de cailloux, et nous avons eu l’idée de faire une page gourmande sur notre blog. Quand pensez-vous ?

La Calabre partie 1 🇮🇹

La Calabre partie 1 🇮🇹

17 janvier 2021 – 25 janvier 2021

Nous voilà donc en Calabre, région classée orange en termes de restrictions. 

carte de la calabre

La Calabre est une région au sud de L’Italie, située sur la pointe de sa botte. Elle est bordée par 2 mers, la mer Tyrrhénienne sur sa « voûte » et la mer Ionienne sous sa « plante » ce qui lui offre un beau littoral. Mais c’est aussi et surtout une région très montagneuse. 

Nous sommes en plein hiver, nous sentons bien que nous avons perdu quelques degrés en quittant la Sicile et notre projet est toujours de rejoindre les Pouilles pour pouvoir (enfin) prendre un ferry pour la Grèce.

Ferry Grèce

Donc nous décidons de longer le littoral vers le Sud en ne faisant que quelques incursions vers l’intérieur. En effet, dès que nous quittons la mer, nous grimpons en altitude et notre mode de vie ne nous permet pas vraiment d’assumer sur plusieurs jours, des températures très basses. Nous serions en camping-car ou en camion aménagé comme des touristes allemands que nous avons croisé en chemin, nous serions moins regardants vis-à-vis de la météo. Mais avec Tiny, nous vivons, cuisinons, mangeons dehors. Tout le temps … Donc même s’il est possible de s’abriter à l’intérieur pour y travailler par exemple, ce que nous avons eu l’occasion de faire à 1 ou 2 reprises, même si nous nous sommes déjà retrouvés à manger vite et tôt pour se réfugier avant 20h30 tous les 3 sur le lit de Jules à regarder un film sur l’ordinateur, cela reste occasionnel et pas forcément du plus confortable …

Nous voici donc partis à longer la mer (Tyrrhénienne dans un premier temps … merci pour ceux qui suivent !) par le Sud. La vie c’est aussi des choix. On se dit que la côte Ouest et surtout les magnifiques parcs naturels, ce sera pour une prochaine fois …

La Calabre, cela restera pour nous de très beaux bivouacs, en bord de plage et surtout face à une mer aux couleurs hypnotisantes. Et pourtant, ce n’est sans doute pas la meilleure des saisons pour l’admirer. Qu’est-ce que cela doit être en été … Jules va, une nouvelle fois, s’éclater, pendant des heures à s’inventer des histoires. Il vit en totale liberté et se régale… Même Caroline, qui a pourtant du mal à le perdre des yeux habituellement, s’habitue à le voir « disparaître » un long moment. Pas trop longtemps tout de même … 😉 Nous retiendrons notamment le bivouac dans « notre » camping abandonné, celui sur la plage de sable fin, bordée de magnifiques cailloux avec son restaurant de plage qui nous a emmenés aux Caraïbes, celui avec le réveil sur l’Etna (encore lui) … Bien sûr il y en a eu de moins agréables, pas tellement par le cadre qui reste souvent très beau mais par l’état des plages et la quantité de déchets que nous y trouvons… Cela va rendre certains arrêts moins … glamour même si nous sommes loin des arrêts « parking de supermarché » ou « stations-essence » qui nous seront sans doute bien utiles … un jour !

De la Calabre, nous retiendrons aussi quelques jolies rencontres, notamment ce vieux monsieur à Bova Marina qui viendra nous voir pour discuter 2 jours de suite. Mais aussi ce commerçant, à Soverato à qui nous achetons 3 glaces et qui nous offre en partant un panettone … juste comme cela, parce qu’il est content de nous voir, parce que cela lui fait plaisir … Et à nous donc ! Sans parler de cet autre, à Gerace, obligé de fermer la terrasse de son café, à qui nous prenons 3 parts de pizza qu’il ira chercher exprès dans un autre commerce, fermé, et qui nous proposera spontanément, après avoir vérifié que les carabinieri n’étaient pas dans les parages, l’usage de ses toilettes alors qu’un panneau juste devant le café l’interdit (pour rappel, la Calabre est en orange et les toilettes publiques ou ceux des cafés doivent rester fermées).

Et bien sûr, la Calabre nous a permis de découvrir de très jolis villages, souvent nichés en montagne et dont plusieurs sont classés parmi les plus beaux villages d’Italie. Il y a eu Bova, recommandé par le vieux monsieur dont nous avons parlé plus haut. Nous y sommes allés en fin d’après-midi … 0° à 5 heures du soir, cela pique un peu … mais quelle authenticité… Gerace que nous avons découvert à la nuit tombée et que nous avons pris plaisir à redécouvrir de jour (et avec quelques degrés de plus), Catanzaro et sa très belle cathédrale, les villages médiévaux de Stilo et Caccuri.

Beau coup de cœur aussi pour Cariati avec ses peintures murales et sa jolie vue sur la mer (et son glacier super primé depuis des années, fermé à notre arrivée mais qui a eu la bonne idée d’ouvrir juste avant que nous repartions 😉 ) .

Petite mention spéciale aussi au Capo Rizzuto, totalement désert en cette période mais qui offre des panoramas extraordinaires sur la mer.

Clairement, nous savons que nous aurions encore beaucoup à découvrir, notamment dans les 2 parcs nationaux de l’Aspromonte et de La Stila mais la saison ne s’y prête vraiment pas … 

Pour ce qui est du moment culture, nous ne pouvons pas ne pas citer Pythagore, qui a passé une grande partie de sa vie à Crotone, où il a ouvert sa première université.

Et nous tenions à terminer notre retour sur la Calabre avec un nom : Léa Garofalo. Pendant notre séjour en Calabre se déroulait un procès de la mafia calabraise, la Ndrangheta, historique de part de nombre d’interpelés. La mafia calabraise est la plus puissante du pays. Lea Garofalo, assassinée par la mafia en 2009 pour avoir voulu témoigner contre elle est aujourd’hui un symbôle pour beaucoup et associée à ce message fort : « Le courage de dire non ».

La suite … en Basilicate 

Buona giornata

Semaine 13 – Italie

Semaine 13 – Italie

Güten tag 

Samedi 23 janvier 2021 : le matin, avec papa nous avons promené Fauve 🐕. La journée, nous avons visité Catanzaro en Basilicaté avec sa magnifique cathédrale. Le soir nous avons joué au pouilleux .

Dimanche 24 janvier 2021 :  la journée nous avons visité les villes de Scala coéli et Caccuri qui m’ont plu et le soir nous avons décidé de louer un appartement.              

Lundi 25 janvier 2021 : la journée, nous avons mangé de succulentes glaces🍨 : maman en cornet agrumes de Calabre / carietese, papa en cornet vanille noire / amarena et moi en cornet chocolat / fleur de lait. Le soir nous nous sommes posés en bivouac près de la plage.        

P.S. chocolat était 1er prix mondial et carietese 3éme prix mondial.

Mardi 26 janvier 2021 : le matin nous avons dû tout déplier en vitesse car il y avait beaucoup de vent et nous avons pris notre petit-déjeuner sur un parking.

Mercredi 27 janvier 2021 : la journée nous avons visité les villes de Craco une ville fantôme et Aliano ou nous avons été interviewés par la « RAI » . Le soir nous nous sommes loués un appartement où j’ai enfin pu : prendre une vraie douche🛀, dormir dans de vrais draps 🛌 etc 

Jeudi 28 janvier 2021 : nous avons visité les villes de Castelmezzano, Pietrapertosa et Grottolo. Castelmezzano et Pietrapertosa étaient sculptés dans la roche acérée et surtout… il y avait encore de la neige 🌨️!

Vendredi 29 janvier 2021 : Quelle journée incroyable c’était ! Le midi, nous avons mangé au restaurant : on nous a servi au moins 5 entrées, papa des morceaux de viandes grillées, maman des aubergines grillées et moi des pâtes. L’après-midi nous avons visité un … musée d’art médiéval et contemporain. Il y avait des tableaux, des photos et des sculptures.

Nous l’avons adoré. Nous avons vu un tableau de Carlo Levi, A la fin papa et maman m’ont remercié d’avoir insisté pour le voir car eux aussi l’ont adoré.

Veni Vidi Amavi

  • Voulez-vous  venir avec moi ?
  • On ira, par le monde et sous son toit
  • Y découvrir différents paysages
  • Admirer cette terre aux multiples visages
  • Goûter d’autres saveurs
  • Et vivre ainsi avec ardeur

 Jules

Semaine 12 – Italie

Semaine 12 – Italie

Güten tag 

Samedi 16 janvier 2021 : vers midi nous sommes arrivés en ferry en Calabre et le soir nous nous sommes posés près de la plage en bivouac.

Dimanche 17 janvier 2021 : un monsieur m’a donné un magnifique coquillage et après j’ai fait une sculpture avec des fils de fer, du bois, du sable et une bouteille et cela a fait une central électrique. J’ai aussi sculpté avec papa un  serpent qui monte sur un arbre que j’ai peint.

Lundi 18 janvier 2021: le monsieur de la veille est repassé nous dire bonjour et par magie ma central électrique a résisté au vent

car il y en avait beaucoup et le soir nous nous sommes posés près d’une autre plage sur un camping abandonné.

Mardi 19 janvier  2021 : nous avons visité la ville de Gerace le soir et j’ai joué sur la plage pendant bien une heure.

Mercredi 20 janvier 2021 : nous sommes retournés visiter la ville de Gerace qui m’a plu et le soir j’ai encore bien joué sur la plage.

Jeudi 21 janvier 2021 : nous avons visité la ville de Stilo qui m’a plu avec ses magnifiques cathédrales, églises et chapelles et le soir j’ai joué sur la plage sur un autre bivouac.

Vendredi 22 janvier 2021 : le matin, j’ai trouvé un transat bleu : je m’y suis reposé  et j’ai lu. La journée nous avons visité la ville de Soverato (la ville des hippocampes), un gentil commerçant nous a vendu des glaces et offert un panettone bergamotte orange.

Veni Vidi Amavi

Jules

La suite de la Sicile🇮🇹

La suite de la Sicile🇮🇹

Du 25 décembre 2020 au 16 janvier 2021

Nous vous avions laissés à Noël. Pendant la période de congés, qui compte 3 jours fériés en Italie (Ces italiens… ils ont même un jour férié pour pouvoir manger la galette des rois !! 😉 ), le pays va vivre au ralenti avec des jours qui passent du rouge au orange selon des règles pas toujours très claires. Les italiens ne sont pas confinés chez eux, mais au pire dans leur ville de résidence et/ou dans leur région. A priori, les touristes ne sont pas vraiment concernés par ces règles ; du moins, les retours que nous avons n’évoquent aucun contrôle et, effectivement, nous ne serons jamais contrôlés pendant cette période. L’impact majeur pour nous sera donc, égoïstement, de ne pas/plus pouvoir profiter des terrasses de café, seule la vente à emporter étant encore possible les jours orange uniquement. Et ça, allié à la fermeture des glaciers les jours rouge, et bien … C’est tout de même bien embêtant … ! Blague à part, les italiens semblent jouer le jeu, même en Sicile où le port du masque est parfois plus … aléatoire, tout comme la distanciation sociale.

Donc nous allons jouer le jeu également et vivre cette période également au ralenti. D’autant que la Sicile va nous offrir une météo plutôt clémente et des bivouacs de rêve qui nous donneront envie d’en profiter, parfois plusieurs nuits.

Le réveillon de Noël se passera, de façon assez magique, très simplement, sur les hauteurs de San Vito Lo Capo, à la pointe Nord-Ouest de l’île, qui bénéficie d’une des plus belles plages de Sicile paraît-il. Une tapenade locale en apéritif, un feu de bois pour y cuire des brochettes, des frites en accompagnement et en dessert un gâteau au chocolat, tout cela sublimé par une vue à couper le souffle : franchement que demander de plus ?

Nous faisons ensuite des sauts de puce pour descendre tranquillement la côte Ouest. Nous vivrons une de nos premières nuits vraiment « roots » sur les hauteurs un peu avant Erice.

La journée avait été assez venteuse. Contre toute attente, le bivouac que nous trouvons sur la route menant à ce beau village perché semble relativement protégé. Nous sortons tout de même auvent et parois car il ne fait pas chaud à cette altitude. La météo prévoyant de fortes rafales de vent pour le lendemain début de matinée, nous hésitons à tout défaire avant la nuit. Finalement, nous laissons tout en place … Grave erreur. Vers 2h quelques belles rafales obligent Michel à se lever, sous la pluie, pour tout défaire. Caroline viendra l’aider à replier. A peine recouchés, les rafales redoublant d’intensité, c’est finalement le toit que nous décidons de redescendre. Et nous nous retrouvons à trois dans le lit de Jules (1m de largeur tout de même à se partager à 3) pour finir cette courte nuit. Vers 7h30 nous replions l’intégralité du bivouac sous un vent de folie : il est impossible d’ouvrir une porte tout seul, il faut quelqu’un pour tenir la porte pendant que l’autre personne rentre ou sort de la voiture … C’est une scène épique, limite apocalyptique … Mais on s’en sort nickel : pas de dégât, pas de perte. Et nous arrivons à une heure finalement matinale à Erice, quasiment déserte.

On manquera de se prendre quelques tuiles sur la tête à cause de ce vent de folie. Les décorations de Noël s’envolent. Et pour rappel, impossible de se réfugier dans la seule pâtisserie ouverte pour y boire un café chaud … Nous le boirons donc dans une des innombrables ruelles de ce village médiéval typique, qui a aussi le mérite de bénéficier d’une vue de folie sur la baie de Cornino et la réserve de Monte Cofano.

Et nous dégusterons, à l’abri dans la voiture, 3 gâteaux absolument exceptionnels de cette même pâtisserie, la pasticceria Maria Grammatico spécialisée dans la pâte d’amande. Après cette nuit mouvementée, la météo prévoyant encore du vent jusqu’au lendemain nous décidons de nous mettre à l’abri dans une chambre d’hôte à Trapani. Ce sera une très belle surprise car outre l’appartement bien placé et au tarif imbattable de 30€, nous avons le plaisir de déambuler dans une petite ville pleine de charme, animée et joliment décorée pour l’occasion.

Suite du périple dès le lendemain : il ne faudrait pas s’habituer au confort !! 😉  Passage par les salines qui bordent la côte. Ce n’est pas la saison mais on devine tout de même les multiples couleurs qui s’y reflètent.

Nouveau coup de cœur pour la petite ville de Mazara del Vallo avec ses ruelles étroites, toutes décorées et ses accents Nord-Africains.

Suivi d’un deuxième, pour la Réserve Naturelle del Fiume Belice. Nous y reviendrons dormir, au milieu d’une forêt d’eucalyptus, en bordure d’une magnifique plage aux couleurs rougeoyantes ou encore son ancienne voie ferrée avec ses bâtiments délabrés donnant libre cours aux taggueurs.

Le réveillon du Nouvel An se passera en pleine campagne, dans les alentours de Raffadali.  Toujours aussi seuls au monde, d’autant plus que c’est un endroit sans réseau donc pour le coup … Nous sommes vraiment déconnectés ! Nous attendrons le lendemain pour se souhaiter la bonne année.

Le 1er janvier nous offrira un nouveau coup de cœur pour la ville d’Agrigente. En général les touristes s’y arrêtent pour visiter le parc archéologique. Mais clairement la ville vaut vraiment le détour avec ses jolies ruelles décorées et ses bâtiments baroques.

Nous allons enchaîner les bivouacs de rêve, les roues dans le sable ou presque, des eaux cristallines (ce qui changent des plages de la côte nord qui étaient, pour certaines, envahies d’algues noires parfois bien nauséabondes). Même les pauses pique-nique prennent un goût printanier. Jules et Michel trouveront même parfois le courage de se baigner. Nous en profitons à fond. Les photos parlent d’elles-mêmes mais nous allons vivre des soirées idéales, des réveils magiques, des journées idylliques sur une grande partie de nos spots. Il faudra faire parfois abstraction des poubelles avoisinantes mais sur 1 mois de bivouacs, tous ou presque nous auront offert de beaux moments de calme, de contemplation et de jeux dans la nature, et pour Michel et Fauve surtout, les levers de soleil d’anthologie.

S’enchaineront la visite de quelques villes/villages classés au patrimoine de l’Unesco, Ragusa, Modica, Noto et bien sûr Catane, sans oublier quelques villes côtières comme Aci Trezza avec son île du cyclope 👁 . Ces villes, détruites lors du tremblement de terre de 1693 furent toutes reconstruites sur un style baroque, parfois à la place, parfois à côté de l’ancienne commune. Cela donne des cathédrales majestueuses, des palaces impressionnants et des ruelles pleines de charme. Et voici le moment culture : 😉 pour les amateurs du petit écran, c’est à Ragusa que sont tournés les épisodes du Commissaire Montalbano.

Petite mention spéciale pour Modica, capitale italienne (les italiens diraient même mondiale …) du chocolat. C’est un chocolat un peu différent, sans ajout de beurre de cacao. Evidement, nous ne pourrons pas ne pas tester … et valider cette spécialité ! La gastronomie est d’ailleurs un élément qui nous marquera sur la Sicile. Nous avons déjà évoqué le chocolat de Modica, les oranges et autres clémentines que nous trouvons à tous les coins de rue et dont nous allons nous régaler pendant tout le séjour mais il y aura aussi les Cassata, ces petites pâtisseries à la pâte d’amande et à la ricotta, les cannoli, sorte de cornet de pâte frite rempli d’une farce à base de ricotta également, les arancini, des beignets de riz fourrés au ragout, à la pistache ou au fromage, la pistache de Bronte que l’on trouve partout, que ce soit dans le salé ou le sucré, l’amande omniprésente notamment en pâtisserie, les chocolats chauds de Jules (surtout celui au chocolat blanc de Acireale), les bières locales (La Messina notamment mais pas que) et les glaces bien sûr avec une mention spéciale pour celles dégustées à Marsala, Messine et Catane. Nous passons sur les cafés espresso que seuls les italiens savent vraiment faire … Nous profiterons aussi d’un spritz en terrasse devant la Cathédrale de Syracuse sur l’île d’Ortiga, avant une nouvelle fermeture et un passage en zone rouge. Toujours sur Syracuse, étape incontournable conseillée par Nicolas, les sandwichs de Caseificio Borderi sont juste dingues ! 

Bon, là, on s’égare … reprenons la route donc ! Syracuse la mythique avec son île d’Ortiga : c’est un incontournable que nous avons eu la chance de découvrir de nuit puis de jour, sous un temps magnifique. Elle nous a enchantés du fait de l’ambiance qui y règne, la beauté des bâtiments bien sûr, la couleur de la mer qui la borde … C’est une étape un peu magique pour nous. Et nouvelle référence cinématographique : Syracuse est la ville d’Enzo Maiorca, champion de plongée en apnée. Le Grand Bleu, cela vous parle ? Bon, c’est aussi la ville d’Archimède mais, ça c’est plus pour les recherches de Jules … 😉 

Suivront Catane et ses éléphants (mention spéciale pour notre Ju) puis nous repasserons quelques nuits sur un bivouac que nous avions déjà bien aimé en redescendant de l’Etna : vous vous souvenez, le « paradis » de Jules ?…  Cela nous donnera l’occasion de repasser sur Taormine avant de rejoindre Messine pour prendre le ferry pour le continent. Nous venons d’apprendre que la Sicile va repasser en rouge pour au moins 2 semaines, malgré des chiffres qui lui permettraient de rester en orange … décision du président de Région qui a, manifestement, du mal à passer auprès des habitants. La Calabre, région du débarquement du ferry est, elle, orange pour encore 1 semaine avec une possibilité de passer en jaune ensuite. Nous avons passé 1 mois en Sicile. Nous aimerions toujours finir par arriver en Grèce… quand elle ouvrira ses frontières à nouveau. Donc nous nous décidons à quitter la région, juste avant le passage en rouge, même si le orange ne nous le permet officiellement pas non plus …

Après un dernier bivouac encore bien beau, nous prenons la direction du port en espérant ne pas avoir à trop se justifier auprès des autorités. Et bien … rien. Nous achetons les billets, embarquons sur le ferry et débarquons 30 mn plus tard sans aucune question, aucun contrôle, ni même une prise de température …

Samedi 16 janvier, midi : nous arrivons en Calabre, à Villa San Giovanni.

La suite … ce sera pour plus tard !

Buona giornata

Semaine 11 – Italie

Semaine 11 – Italie

Güten tag 

Samedi 9 janvier 2021 :  le soir, nous nous sommes posés près d’un blockhaus de l’armée et j’ai joué sur le toit, nous étions aussi près de la plage avec une eau transparente et près d’une ville qui s’appelle Brucoli.

Dimanche 10 janvier 2021 : le matin, avec papa nous sommes allés en ville pour acheter des croissants, j’ai encore joué sur le toit du blockhaus de l’armée mais le soir nous avons été à un autre bivouac (voir photo prise avec le drone ci-dessous). Papa et maman ont préféré celui-ci mais moi j’ai préféré le premier car il y avait un blockaus .

Lundi 11 janvier 2021 : le matin nous avons visité la ville de Catane et le soir comme il pleuvait beaucoup nous avons pris une chambre d’hôtes.

Mardi 12 janvier 2021 : la matinée il a plu et en fin de matinée et à midi nous nous sommes promenés à Aciréale et Aci-Trezza.

Mercredi 13 janvier 2021 : nous nous sommes posés le soir où nous nous sommes posés le 15 et le 16 décembre 2020. J’ai joué sur la plage et papa m’a appris a joué aux galets : c’est un peu comme la pétanque mais sur la plage et avec des galets à la place des boules.

Jeudi 14 janvier 2021 : le matin, papa m’a sculpté un sabre, il s’est baigné et le soir nous avons revisité la ville de Taormine .

Vendredi 15 janvier 2021 : Fauve est allée chez le vétérinaire à Messine pour faire un rappel du vaccin contre la rage et nous avons mangé une glace. Sur le port il y avait encore un énorme paquebot de MSC.

Veni Vidi Amavi

Jules

Semaine 10 – Italie

Semaine 10 – Italie

Güten tag 

Samedi 2 janvier 2021 : nous avons fait une belle pause pique-nique sur la plage 🏖️ et je me suis baigné.

Dimanche 3 janvier 2021 : où nous avons pique-niqué, j’ai épaté maman en faisant l’échelle horizontal … Et j’ai fait école à Fauve🐕 à la réserve naturelle de Gela … Quelle élève attentive .

Lundi 4 janvier 2021: nous avons visité la ville de Raguse et le midi nous avons mangé des arancini 🍙 et des glace🍨.

Mardi 5 janvier 2021 : nous avons visité la ville de Modica et j’ai adoré car c’était la ville du chocolat (cliquer sur le mot Modica, petite astuce que m’a montrée papa 🧐 )

Mercredi 6 janvier 2021 : nous sommes restés au bivouac toute la journée et savez- vous que ce jour est férié en Italie ?☝️

Jeudi 7 janvier 2021 : Le soir nous avons visité la vieille ville de Syracuse avec sa magnifique cathédrale .

Vendredi 8 janvier 2021 : nous avons visité la ville de Syracuse. La matinée , j’ai pris un chocolat chaud ☕ succulent et papa et maman ont prit un café☕ devant un magnifique bateau de croisière. Le midi nous avons mangé un sandwich géant.🥪

Veni Vidi Amavi 

Jules 

Semaine 9 – Italie

Semaine 9 – Italie

Güten tag c’est Jules

Samedi 26 décembre 2020 : nous avons visité la ville de Custonacci.

Dimanche 27 décembre 2020 : nous avons fait une promenade jusqu’à la ville d’ Erice.

Lundi 28 décembre 2020 : le matin, vers 2h papa et maman ont baissé le toit de Tiny car il y avait beaucoup de vent et nous avons dormi dans mon lit tous les 3 et l’après- midi nous avons loué un appartement pour une nuit à Trapani et j’ai eu un nouveau cadeau de Noël … une tablette ordinateur. Le soir nous avons regardé un OSS 117 précisément Le Caire nid d’espions.

Mardi 29 décembre : la journée nous avons avons visité Marsala où nous avons dégusté de super glaces. Le soir nous nous sommes posés sur la plage.

Mercredi 30 décembre : nous avons fait une petite balade sur un petit sentier près de la plage. C’est ici que nous sommes finalement revenus bivouaquer. 

Jeudi 31 décembre : Le matin, on a fait une grande balade sur la plage avec papa et Fauve. Le soir, nous avons regardé Scènes de ménage (enfin à la montagne)

Vendredi 1er janvier : Bonne année 2021 . La journée nous avons visité la ville de Agrigente.

Veni Vidi Amavi 

Jules

La Sicile 1ère partie – Italie🇮🇹

La Sicile 1ère partie – Italie🇮🇹

Du 12 décembre – 24 décembre

Nous arrivons en Sicile, à Palerme, un samedi matin, sous le soleil …

Le contraste avec la Sardaigne est saisissant … Il est tôt, à peine 8h du matin et il y a du monde partout, cela klaxonne, marche, court, pédale … Nous sommes presque un peu perdus dans cette agitation à laquelle nous ne nous attendions pas … 

C’est cela la Sicile : une île acidulée, lumineuse, changeante, impatiente, extrême … et malheureusement très sale… Après un check météo, nous décidons de ne pas nous attarder sur la capitale et de rejoindre la côte est par le centre de l’île qui semble plus favorisés niveau temps sur les prochains jours. Et là, nous allons traverser de vraies décharges à ciel ouvert. Certaines rues ne sont quasiment plus praticables tellement elles sont jonchées de déchets. Nous pensons d’abord à une grève générale des éboueurs. Mais la situation se reproduira sur un grand nombre de bivouacs et nous aurons l’occasion d’observer certains comportements aussi … Il faut dire que nous aurons nous-même parfois du mal à trouver des poubelles (notamment de tri) pour jeter nos déchets mais ici, la vie c’est maintenant, tout de suite : on s’impatiente vite et on ne s’embarrasse pas de ce dont on n’a plus besoin.

Une fois la grande ville de Palerme quittée, nous allons traverser des étendues de champs d’orangers, de citronniers … Quel plaisir de s’arrêter au milieu de nul part pour cueillir 3-4 oranges que nous dégusterons au dîner … 

Petite halte à la ville d’Enna, ville perchée au centre de la Sicile qui nous offrira un premier panorama sur ce géant qu’est l’Etna. En prévision de notre journée de lundi dont nous vous avons déjà parlé, il se découvrira « rien que pour nous », au moment où nous arriverons en haut du château. Nous arrivons à Enna en milieu d’après-midi : c’est un village quasi fantôme, aucun commerce d’ouvert, personne dans les rues … Le temps de trouver LE café ouvert et de déguster un chocolat chaud d’anthologie, il est 17h, le village s’anime, les commerces ouvrent, les illuminations de Noël se réveillent. Clairement, l’Italie ne se visite pas entre midi et 17h, sauf si vous ne voulez croiser personne … 😉 

Nous arrivons de nuit sur le bivouac du soir, en bord de lac. Le lendemain, il y aura un premier whaou quand nous découvrons cette étendue quasi « irlandaise » investie par des troupeaux de moutons. Ensuite viendra le 2ème effet Kiss Cool, 2ème whaou quand après le petit déjeuner l’Etna se laissera à nouveau découvrir, d’une blancheur immaculée … Qu’il est beau …

La suite, vous l’avez lue : nous sommes allés le voir de près (cf post spécifique du lundi 14). Cela restera pour tous les 3 une expérience magique dont nous nous souviendrons longtemps …

Difficile de redescendre des étoiles après tout cela mais la Sicile est particulièrement généreuse avec nous. Nous allons avoir de très beaux jours devant nous, avec une météo clémente, de très jolis bivouacs (même si, encore une fois, il faut faire abstraction des déchets autour parfois) et des découvertes qui nous laisseront émerveillés … Bien sûr il y a Taormine, ses villas majestueuses et son Isola Bella, découverte de nuit qui nous donnera envie de la revoir, de jour cette fois-ci. Mais, plus « caché », nous aurons un énorme coup de cœur pour le village de Castelmola, situé juste au-dessus, avec ses ruelles étroites, son atmosphère si intime et sa vue à couper le souffle … Nous prendrons le temps de déjeuner dans un petit restaurant à l’accueil chaleureux et à la nourriture excellente avec la plus belle des vues. Nouveau moment de symbiose totale …

Toujours en fonction de la météo, nous décidons de remonter la côte est vers le nord. Catane et Syracuse, ce sera pour plus tard.

Vous l’attendez tous donc la voici, l’incontournable référence cinématographique liée à la Sicile : la ville de Savoca et son café qui servi de décor aux Parrains. Même sans cette référence, une balade dans ce village vaut vraiment le détour, de part sa vue mais aussi ses jolies maisons bien décorées.