La suite de la Sicile🇼đŸ‡č

La suite de la Sicile🇼đŸ‡č

Du 25 décembre 2020 au 16 janvier 2021

Nous vous avions laissĂ©s Ă  NoĂ«l. Pendant la pĂ©riode de congĂ©s, qui compte 3 jours fĂ©riĂ©s en Italie (Ces italiens
 ils ont mĂȘme un jour fĂ©riĂ© pour pouvoir manger la galette des rois !! 😉 ), le pays va vivre au ralenti avec des jours qui passent du rouge au orange selon des rĂšgles pas toujours trĂšs claires. Les italiens ne sont pas confinĂ©s chez eux, mais au pire dans leur ville de rĂ©sidence et/ou dans leur rĂ©gion. A priori, les touristes ne sont pas vraiment concernĂ©s par ces rĂšgles ; du moins, les retours que nous avons n’évoquent aucun contrĂŽle et, effectivement, nous ne serons jamais contrĂŽlĂ©s pendant cette pĂ©riode. L’impact majeur pour nous sera donc, Ă©goĂŻstement, de ne pas/plus pouvoir profiter des terrasses de cafĂ©, seule la vente Ă  emporter Ă©tant encore possible les jours orange uniquement. Et ça, alliĂ© Ă  la fermeture des glaciers les jours rouge, et bien 
 C’est tout de mĂȘme bien embĂȘtant 
 ! Blague Ă  part, les italiens semblent jouer le jeu, mĂȘme en Sicile oĂč le port du masque est parfois plus 
 alĂ©atoire, tout comme la distanciation sociale.

Donc nous allons jouer le jeu Ă©galement et vivre cette pĂ©riode Ă©galement au ralenti. D’autant que la Sicile va nous offrir une mĂ©tĂ©o plutĂŽt clĂ©mente et des bivouacs de rĂȘve qui nous donneront envie d’en profiter, parfois plusieurs nuits.

Le rĂ©veillon de NoĂ«l se passera, de façon assez magique, trĂšs simplement, sur les hauteurs de San Vito Lo Capo, Ă  la pointe Nord-Ouest de l’üle, qui bĂ©nĂ©ficie d’une des plus belles plages de Sicile paraĂźt-il. Une tapenade locale en apĂ©ritif, un feu de bois pour y cuire des brochettes, des frites en accompagnement et en dessert un gĂąteau au chocolat, tout cela sublimĂ© par une vue Ă  couper le souffle : franchement que demander de plus ?

Nous faisons ensuite des sauts de puce pour descendre tranquillement la cĂŽte Ouest. Nous vivrons une de nos premiĂšres nuits vraiment « roots Â» sur les hauteurs un peu avant Erice.

La journĂ©e avait Ă©tĂ© assez venteuse. Contre toute attente, le bivouac que nous trouvons sur la route menant Ă  ce beau village perchĂ© semble relativement protĂ©gĂ©. Nous sortons tout de mĂȘme auvent et parois car il ne fait pas chaud Ă  cette altitude. La mĂ©tĂ©o prĂ©voyant de fortes rafales de vent pour le lendemain dĂ©but de matinĂ©e, nous hĂ©sitons Ă  tout dĂ©faire avant la nuit. Finalement, nous laissons tout en place 
 Grave erreur. Vers 2h quelques belles rafales obligent Michel Ă  se lever, sous la pluie, pour tout dĂ©faire. Caroline viendra l’aider Ă  replier. A peine recouchĂ©s, les rafales redoublant d’intensitĂ©, c’est finalement le toit que nous dĂ©cidons de redescendre. Et nous nous retrouvons Ă  trois dans le lit de Jules (1m de largeur tout de mĂȘme Ă  se partager Ă  3) pour finir cette courte nuit. Vers 7h30 nous replions l’intĂ©gralitĂ© du bivouac sous un vent de folie : il est impossible d’ouvrir une porte tout seul, il faut quelqu’un pour tenir la porte pendant que l’autre personne rentre ou sort de la voiture 
 C’est une scĂšne Ă©pique, limite apocalyptique 
 Mais on s’en sort nickel : pas de dĂ©gĂąt, pas de perte. Et nous arrivons Ă  une heure finalement matinale Ă  Erice, quasiment dĂ©serte.

On manquera de se prendre quelques tuiles sur la tĂȘte Ă  cause de ce vent de folie. Les dĂ©corations de NoĂ«l s’envolent. Et pour rappel, impossible de se rĂ©fugier dans la seule pĂątisserie ouverte pour y boire un cafĂ© chaud 
 Nous le boirons donc dans une des innombrables ruelles de ce village mĂ©diĂ©val typique, qui a aussi le mĂ©rite de bĂ©nĂ©ficier d’une vue de folie sur la baie de Cornino et la rĂ©serve de Monte Cofano.

Et nous dĂ©gusterons, Ă  l’abri dans la voiture, 3 gĂąteaux absolument exceptionnels de cette mĂȘme pĂątisserie, la pasticceria Maria Grammatico spĂ©cialisĂ©e dans la pĂąte d’amande. AprĂšs cette nuit mouvementĂ©e, la mĂ©tĂ©o prĂ©voyant encore du vent jusqu’au lendemain nous dĂ©cidons de nous mettre Ă  l’abri dans une chambre d’hĂŽte Ă  Trapani. Ce sera une trĂšs belle surprise car outre l’appartement bien placĂ© et au tarif imbattable de 30€, nous avons le plaisir de dĂ©ambuler dans une petite ville pleine de charme, animĂ©e et joliment dĂ©corĂ©e pour l’occasion.

Suite du pĂ©riple dĂšs le lendemain : il ne faudrait pas s’habituer au confort !! đŸ˜‰  Passage par les salines qui bordent la cĂŽte. Ce n’est pas la saison mais on devine tout de mĂȘme les multiples couleurs qui s’y reflĂštent.

Nouveau coup de cƓur pour la petite ville de Mazara del Vallo avec ses ruelles Ă©troites, toutes dĂ©corĂ©es et ses accents Nord-Africains.

Suivi d’un deuxiĂšme, pour la RĂ©serve Naturelle del Fiume Belice. Nous y reviendrons dormir, au milieu d’une forĂȘt d’eucalyptus, en bordure d’une magnifique plage aux couleurs rougeoyantes ou encore son ancienne voie ferrĂ©e avec ses bĂątiments dĂ©labrĂ©s donnant libre cours aux taggueurs.

Le rĂ©veillon du Nouvel An se passera en pleine campagne, dans les alentours de Raffadali.  Toujours aussi seuls au monde, d’autant plus que c’est un endroit sans rĂ©seau donc pour le coup 
 Nous sommes vraiment dĂ©connectĂ©s ! Nous attendrons le lendemain pour se souhaiter la bonne annĂ©e.

Le 1er janvier nous offrira un nouveau coup de cƓur pour la ville d’Agrigente. En gĂ©nĂ©ral les touristes s’y arrĂȘtent pour visiter le parc archĂ©ologique. Mais clairement la ville vaut vraiment le dĂ©tour avec ses jolies ruelles dĂ©corĂ©es et ses bĂątiments baroques.

Nous allons enchaĂźner les bivouacs de rĂȘve, les roues dans le sable ou presque, des eaux cristallines (ce qui changent des plages de la cĂŽte nord qui Ă©taient, pour certaines, envahies d’algues noires parfois bien nausĂ©abondes). MĂȘme les pauses pique-nique prennent un goĂ»t printanier. Jules et Michel trouveront mĂȘme parfois le courage de se baigner. Nous en profitons Ă  fond. Les photos parlent d’elles-mĂȘmes mais nous allons vivre des soirĂ©es idĂ©ales, des rĂ©veils magiques, des journĂ©es idylliques sur une grande partie de nos spots. Il faudra faire parfois abstraction des poubelles avoisinantes mais sur 1 mois de bivouacs, tous ou presque nous auront offert de beaux moments de calme, de contemplation et de jeux dans la nature, et pour Michel et Fauve surtout, les levers de soleil d’anthologie.

S’enchaineront la visite de quelques villes/villages classĂ©s au patrimoine de l’Unesco, Ragusa, Modica, Noto et bien sĂ»r Catane, sans oublier quelques villes cĂŽtiĂšres comme Aci Trezza avec son Ăźle du cyclope 👁 . Ces villes, dĂ©truites lors du tremblement de terre de 1693 furent toutes reconstruites sur un style baroque, parfois Ă  la place, parfois Ă  cĂŽtĂ© de l’ancienne commune. Cela donne des cathĂ©drales majestueuses, des palaces impressionnants et des ruelles pleines de charme. Et voici le moment culture : 😉 pour les amateurs du petit Ă©cran, c’est Ă  Ragusa que sont tournĂ©s les Ă©pisodes du Commissaire Montalbano.

Petite mention spĂ©ciale pour Modica, capitale italienne (les italiens diraient mĂȘme mondiale 
) du chocolat. C’est un chocolat un peu diffĂ©rent, sans ajout de beurre de cacao. Evidement, nous ne pourrons pas ne pas tester 
 et valider cette spĂ©cialité ! La gastronomie est d’ailleurs un Ă©lĂ©ment qui nous marquera sur la Sicile. Nous avons dĂ©jĂ  Ă©voquĂ© le chocolat de Modica, les oranges et autres clĂ©mentines que nous trouvons Ă  tous les coins de rue et dont nous allons nous rĂ©galer pendant tout le sĂ©jour mais il y aura aussi les Cassata, ces petites pĂątisseries Ă  la pĂąte d’amande et Ă  la ricotta, les cannoli, sorte de cornet de pĂąte frite rempli d’une farce Ă  base de ricotta Ă©galement, les arancini, des beignets de riz fourrĂ©s au ragout, Ă  la pistache ou au fromage, la pistache de Bronte que l’on trouve partout, que ce soit dans le salĂ© ou le sucrĂ©, l’amande omniprĂ©sente notamment en pĂątisserie, les chocolats chauds de Jules (surtout celui au chocolat blanc de Acireale), les biĂšres locales (La Messina notamment mais pas que) et les glaces bien sĂ»r avec une mention spĂ©ciale pour celles dĂ©gustĂ©es Ă  Marsala, Messine et Catane. Nous passons sur les cafĂ©s espresso que seuls les italiens savent vraiment faire 
 Nous profiterons aussi d’un spritz en terrasse devant la CathĂ©drale de Syracuse sur l’üle d’Ortiga, avant une nouvelle fermeture et un passage en zone rouge. Toujours sur Syracuse, Ă©tape incontournable conseillĂ©e par Nicolas, les sandwichs de Caseificio Borderi sont juste dingues ! 

Bon, lĂ , on s’égare 
 reprenons la route donc ! Syracuse la mythique avec son Ăźle d’Ortiga : c’est un incontournable que nous avons eu la chance de dĂ©couvrir de nuit puis de jour, sous un temps magnifique. Elle nous a enchantĂ©s du fait de l’ambiance qui y rĂšgne, la beautĂ© des bĂątiments bien sĂ»r, la couleur de la mer qui la borde 
 C’est une Ă©tape un peu magique pour nous. Et nouvelle rĂ©fĂ©rence cinĂ©matographique : Syracuse est la ville d’Enzo Maiorca, champion de plongĂ©e en apnĂ©e. Le Grand Bleu, cela vous parle ? Bon, c’est aussi la ville d’ArchimĂšde mais, ça c’est plus pour les recherches de Jules 
 😉 

Suivront Catane et ses Ă©lĂ©phants (mention spĂ©ciale pour notre Ju) puis nous repasserons quelques nuits sur un bivouac que nous avions dĂ©jĂ  bien aimĂ© en redescendant de l’Etna : vous vous souvenez, le « paradis » de Jules ?…  Cela nous donnera l’occasion de repasser sur Taormine avant de rejoindre Messine pour prendre le ferry pour le continent. Nous venons d’apprendre que la Sicile va repasser en rouge pour au moins 2 semaines, malgrĂ© des chiffres qui lui permettraient de rester en orange 
 dĂ©cision du prĂ©sident de RĂ©gion qui a, manifestement, du mal Ă  passer auprĂšs des habitants. La Calabre, rĂ©gion du dĂ©barquement du ferry est, elle, orange pour encore 1 semaine avec une possibilitĂ© de passer en jaune ensuite. Nous avons passĂ© 1 mois en Sicile. Nous aimerions toujours finir par arriver en GrĂšce
 quand elle ouvrira ses frontiĂšres Ă  nouveau. Donc nous nous dĂ©cidons Ă  quitter la rĂ©gion, juste avant le passage en rouge, mĂȘme si le orange ne nous le permet officiellement pas non plus 


AprĂšs un dernier bivouac encore bien beau, nous prenons la direction du port en espĂ©rant ne pas avoir Ă  trop se justifier auprĂšs des autoritĂ©s. Et bien 
 rien. Nous achetons les billets, embarquons sur le ferry et dĂ©barquons 30 mn plus tard sans aucune question, aucun contrĂŽle, ni mĂȘme une prise de tempĂ©rature 


Samedi 16 janvier, midi : nous arrivons en Calabre, Ă  Villa San Giovanni.

La suite 
 ce sera pour plus tard !

Buona giornata

4 rĂ©actions au sujet de « La suite de la Sicile🇼đŸ‡č »

  1. bonjour tout le petit monde j ais enregistre le site super photos je vois que tout le monde va bien , tant mieux .? ici on a beaucoup de neige ,mais c est tout ferme les stations il on vraiment pas de chance lulu va bien moi aussi on a perdu un pote biker du covid dur dur jean jacques il ressemblait a lulu cheveux blanc il avait 69 ans un bout en train moto blanc a damier gros gros bisous a vous tous et bon voyage

  2. Beau travail, aussi bien narratif que photographique.
    Documentaire Ă  commercialiser (?)
    Bisous Ă  vous trois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copy link
Powered by Social Snap