Guyane – 2018

Guyane – 2018

Durant l’été 2018 nous décidons d’aller passer quelques semaines en Guyane. Bien entendu, la première question qui vous vient à l’esprit est « pourquoi la Guyane ? », et bien Pauline étant partie faire son stage de Master II pour le parc Amazonien, on ne pouvait pas envisager de passer à coté d’une telle occasion et d’aller découvrir ce petit coin de la France, pour découvrir l’environnement dans lequel vit Pauline depuis 1 an et pour la retrouver pour quelques jours après des mois d’éloignement .…

La Guyane en quelques chiffres c’est : 83.850 km² pour 260.000 habitants, ça fait 3 habitants/km². C’est donc la 2ème région de France en terme de superficie (après la Nouvelle-Aquitaine … ça c’est l’instant Culture Gé, mais également la 2ème moins peuplée après Mayotte !

Nous atterrissons à l’aéroport Félix Eboué de Cayenne. Tout de suite on ressent cette humidité dans l’air qui donne une sensation d’étouffement.
Notre première sortie sera pour le bagne des Amanites à quelques kms de Cayenne. Cette première incursion dans la forêt, sous une météo bien humide nous laissera déjà une impression forte qui sera amplifiée par l’histoire, peu connue et pas particulièrement reluisante de ce bagne … Y seront emprisonnés notamment les indochinois qui se rebelleront face à la colonisation de leur pays … La nature y reprend aujourd’hui ses droits mais nous ressentons encore le poids de ce passé, les drames qui s’y sont déroulés. Cette excursion, c’est une 1ère confrontation à un pan lourd de notre histoire, une 1ère découverte de cette forêt qui vous transmet une énergie incroyable, une randonnée sous la pluie, dans la boue parfois mais toujours empreinte d’une très belle lumière. Guyane : nous voilà et déjà tu nous gagnes …


Visite de Cayenne

La ville de Cayenne occupe une presqu’île avec Matoury et Remire-Montjoly, un ensemble géographique appelé « Île de Cayenne » et qui regroupe plus de 40% de la population de la Guyane. Ses marchés, ses plages et ses bâtiments.


Chez Malou

Nous avons la chance de trouver une location via Airbnb « Chez Malou » dans un cadre adorable avec une propriétaire très accueillante. Nous installons nos hamacs sur la terrasse afin d’y passer la nuit « Carbet de luxe! ».
Chez Malou c’est une petite maison en bois entourée d’un jardin magnifique qu’elle nous fait découvrir à travers un parcours ludique. Il y a une diversité de végétation époustouflante (fleurs, arbres fruitiers, palmiers…).


Marais de Kaw

La Réserve Naturelle de Kaw-Roura est située dans l’est de la Guyane, sur les communes de Régina et Roura. Ses 94 700 hectares s’étendent le long de l’océan Atlantique à l’ouest de l’embouchure de l’Approuague et font partie de la zone Ramsar des marais de Kaw. Nous faisons une pause au petit village de Kaw avant de naviguer jusqu’à la nuit dans le marais à la recherche des caïmans … mais pas que ! Cette balade en pirogue sera magnifiée par un ciel extraordinaire. Nous sommes en saison humide. Le niveau d’eau dans le marais est donc haut et nous rencontrons donc … de curieux animaux nageurs !


Ilha do Sol

Depuis Cayenne nous prenons la route vers l’est direction St Georges. Après plus de 3 h de route nous garons la voiture et trouvons un piroguier pour nous emmener sur « L’ile du Soleil ».
C’est un endroit magique coincé entre la Guyane et le Brésil juste sur le fleuve Oyapock. Officiellement, elle se trouve du côté brésilien. À marée haute, l’eau entoure et isole complètement le carbet. À marée basse, se dévoile une plage de sable. Un vrai petit paradis ! La grande terrasse restaurant, décorée par de nombreuses plantes et fleurs, offre une vue imprenable sur le fleuve et Saint-Georges.

L’ilha do sol est un carbet dans un cadre idyllique avec un accueil chaleureux, un vrais moment de détente.
Les hamacs sont accrochés de part et d’autre des cloisons en planche, un petit balcon vous emmène vers l’extérieur ou quelques oiseaux sont venus nichés.

La nuit passé sur l’ilha do sol, nous prenons un piroguier pour nous emmener plus loin sur l’Oyapock vers le saut Maripa.
La pirogue passe d’une rive à l’autre de la Guyane au Brésil. Les habitations coté Brésil sont toutes sur pilotis d’une autre époque.

Une fois arriver vers le saut on nous dépose sur le bord de la rive nous indique la direction à suivre et qu’il reviendra nous chercher dans la soirée.
Nous voila sur les traces des orpailleurs, les anciennes voies de chemin de fer sont parfois dans un état plus que délabrés !

Saül

Le village de Saül se situe à 200 kms à vol d’oiseau de Cayenne en pleine foret amazonienne.
La seul possibilité pour s’y rendre est un avion turbojet Let 410 qui fait la navette 2 à 3 fois par semaine. Nous survolons la rivière Lawa (affluent du fleuve Maroni). Puis nous faisons une escale à Maripasoula. Pendant le trajet Jules aura le droit de venir voir le pilote, puis c’est l’arrivée sur l’aérodrome de Saül. Nous vous laissons découvrir l’aéroport local. Rien que le voyage, c’est déjà l’aventure !

Notre première nuit et notre dernière nuit sont réservées sur Saül aux Carbets du bord. Saül c’est un village au milieu de la forêt, qui baigne dans une ambiance à la fois très calme et pourtant si pleine de vie. On y trouve une église, une école et même une bibliothèque. Il suffit de faire quelques pas et on se laisse entrainer dans le ballet aérien de singes saïmiris. Un belvédère nous permet de surplomber la forêt majestueuse. Bien sûr il faut aller rendre visite au Fromager, arbre de l’année 2015 et chez Didier, un passionné passionnant qui en plus d’avoir un jardin fabuleux, s’est mis en tête de (re)développer le chocolat guyanais …

Entre ces 2 nuits, nous avons prévu une randonnée au coeur de cette forêt primaire que nous avons survolée, avec une nuit dans la forêt … Oui, oui, une nuit au coeur de la forêt amazonienne, avec ses insectes, ses serpents, ses singes, ses cochons sauvages…

Cette randonnée de 14 km, nous l’entamons tous les 3, avec chacun son sac à dos. Cela restera une expérience personnelle et familiale mémorable. Cet environnement à la fois si difficile pour l’Homme mais également tellement emprunt d’une énergie presque palpable nous oblige à beaucoup d’attention, d’écoute. Nous partageons tous les 3 des moments magiques, de contemplation, d’empathie, de solidarité … Notre petit bonhomme va nous épater à marcher 2 jours dans la boue, à se prendre les pieds dans des lianes immenses, à s’inquiéter de savoir si sa mère le suit, si le sac de son père n’est pas trop lourd … Nous allons nous immerger dans cette forêt, voire des morphos (papillons bleus électriques fabuleux), entendre des singes hurleurs, déranger un pécari (et des milliers d’autres espèces certainement mais elles seront plus discrètes et nous le feront pas savoir …).
Nous passons la nuit au Carbet Kanawa à une dizaine de kilomètres de Saül. Fantastique expérience, d’autant que nous n’étions que tous les 3. Une impression de seuls (enfin, seuls êtres humains) au monde, invités d’honneur d’une nature luxuriante qui se débrouille tellement mieux sans nous …


Le lendemain nous reprenons notre treck en pleine foret amazonienne. La végétation est grandiose. Sur le chemin nous croisons des grenouilles qui se confondent avec les feuilles ou encore des iguanes de toutes les couleurs. L’un de nos sera bien content(e) de ne pas avoir vu de serpents… Nous vous laissons deviner qui … 😉

Un grand merci à cette forêt de nous avoir accueillis, de nous avoir permis de s’imprégner de son énergie, de nous avoir accroché au moment présent.

Encore un moment fort que la Guyane va nous offrir.

Rémire – Kourou – Iles du Salut


La plage de Rémire au petit matin. Les tortues viennent pondre sur cette plage au petit matin. Il faut être matinal mais le spectacle et la lumière le méritent amplement. Par contre, un petit conseils : on enfile un pantalon long car les puces de plage font des ravages, en toute discrétion !


Direction Kourou, où on visitera le Centre spatial puis embarquement à bord du catamaran Tropic-Alizés vers les Iles du Salut.


Les îles du Salut


Les îles du Salut forment un archipel constitué de trois îlots situés à quatorze kilomètres au large de Kourou. Seules les îles Royale et Saint-Joseph sont accessibles, l’île du Diable, la plus au nord, étant strictement interdite d’accès, notamment à cause des forts courants.
Nous commençons par l’ile Saint Joseph, ici la faune et la flore ont repris possession de l’ancien bagne de Cayenne. Nous allons avoir la chance de découvrir cette île presque seuls (encore une fois, seuls en tant qu’être humains) ce qui va accentuer l’atmosphère à la fois lourde et apaisante de cet endroit. L’histoire est présente partout, chaque pierre porte le poids des souffrances ressenties ici. On imagine le quotidien de ces prisonniers mais aussi de leurs gardiens et de leur famille. Mais le lieu est également emprunt d’un calme, d’une sérénité que nous ne pensions pas trouver ici. Sans doute grâce à cette nature qui reprend le dessus, qui reprend sa place, sans pour autant effacer le passé. Pour aller de l’avant. Pour passer à autre chose. Pour ne pas oublier.

Nous dormons sur l’île Royale, dans nos hamacs installés dans une salle de l’ancien bagne.

Expérience fascinante de se baigner dans la piscine des bagnards … Revoir les scènes du mythique « Papillon », y être.

Il est difficile d’expliquer l’émotion que nous avons ressenti ici. Mais la Guyane nous a ici encore offert un moment fort, de ceux qui vous marquent à jamais.

Copy link
Powered by Social Snap