Archives de
Mois : juin 2020

J-0

J-0

Et bien voilà … Aujourd’hui (ou plus exactement hier), nous devions nous envoler pour Montréal, patienter quelques jours dans cette si belle région avant de retrouver notre abri roulant et de partir sur les routes à la rencontre de paysages grandioses, de gens exceptionnels, d’aventures hors du commun et, nous nous en doutons, vers quelques petites galères qui font le piment du quotidien … 😉

Finalement, ce jeudi 04 juin sera sous le signe du retour à l’école de Jules après presque 3 mois de télétravail ; sous le signe du retour de Michel à son bureau : de façon très ponctuelle tout de même, ne nous emballons pas ; sous le signe de la reprise aussi pour Caroline qui réserve pour lundi son train très matinal pour Avignon après 3 mois d’un rythme nettement plus confortable à la maison …

Jules est heureux : il retrouve sa maîtresse, son école, certains de ses camarades. Notre voyage, ce sera pour plus tard, ce n’est pas bien grave … Que c’est beau la résilience chez un enfant, cette capacité à vivre le moment présent. Pas de regret, pas de vie en mode « si » ou « quand ». Il aime sa vie, à cet instant, comme il a aimé le confinement avec sa grand-mère, le début du déconfinement avec sa sœur, comme il aimera très certainement le décollage de l’avion le jour J … (le vrai cette fois-ci !) 

Pour les grands, c’est autre chose … Nous savons que ce n’est que partie remise. Que nous sommes déjà chanceux de ne pas avoir dû revenir en catastrophe quelques semaines après le début de l’aventure. Chanceux d’avoir encore chacun son travail et les revenus qui vont avec ainsi qu’un toit qui nous abrite le temps que la situation sanitaire se stabilise. Chanceux bien sûr d’être en bonne santé et qu’aucun de nos proches n’ait été touché, pour l’instant, par cette pandémie.

Mais que c’est dur de se remettre dans le présent, de ne pas se laisser submerger par le « normalement, nous devrions être là-bas », de reprendre une vie, un rythme, que nous pensions pouvoir modifier, davantage caler sur nos envies, nos besoins. Alors nous travaillons. Pour nos employeurs bien sûr, mais aussi sur notre projet. Nous remanions l’itinéraire, imaginons d’autres parcours, d’autres saisons. C’est trop tôt pour vous en dire plus … Comme beaucoup de voyageurs, nous guettons l’évolution de la pandémie. Nous espérons qu’elle ne sera pas trop sévère pour les populations vers lesquelles nous souhaitons aller. Nous espérons que le monde apprendra vite à vivre avec ce virus, et ceux qui suivront, afin que nous puissions rapidement regagner cette liberté inestimable de pouvoir aller vers l’autre (quel terrible expression que cette « distanciation sociale » … ), découvrir d’autres horizons, s’ouvrir à d’autres cultures.

Finissons cet article par une citation d’une écrivaine-voyageuse que Caroline a découvert il y a quelques années (merci Chantal P) et qui l’a profondément marquée :

Voyager sans rencontrer l’autre, ce n’est pas voyager : c’est se déplacer – Alexandra David Neel